Ce n’est que la seconde fois en deux mois que je me rends au cœur de ce massif dont je ne me lasse absolument pas… Je continue donc mon exploration et t’emmène cette fois-ci à la découverte d’activités hivernales à faire dans la région du Honneck, de la mystérieuse vallée de la Bruche et de la petite station « Champ du Feu », le tout avec une petite touche Alsacienne et plein de plaisir…

Belle découverte !


On avait envie de neige, de nature, de bien-être et de bonne cuisine

Et bien je peux te dire que nous n’avons pas été déçus !


Découvrir un élevage de rennes

Massif du Tanet, Stosswirh, 1096 m.

Dès notre arrivée dans les Vosges, nous montons à 1096 mètres d’altitude pour nous immerger dans une ambiance scandinave plutôt dépaysante… Nous allons sur les traces des Samis, ce peuple de Laponie éleveur de rennes ! En effet au cœur du massif du Tanet, on peut y trouver la fameuse « Ferme aux Rennes »

Une bien drôle d’idée que d’aller mettre des animaux nordiques à cet endroit, me diras-tu… Et bien pas tant que cela car les rennes s’acclimatent parfaitement aux saisons hivernales rudes des Vosges, mais aussi à l’été bien plus confortable qu’en Laponie. Et bien qu’à l’origine les premiers individus furent ramenés directement de Finlande, la majorité du troupeau (d’une grosse trentaine d’individus) est née ici en terres Vosgiennes !

Après une petite présentation vidéo, on nous invite à aller explorer le parc de 6 hectares pour évoluer parmi les animaux dans un cadre naturel authentique !

Le parcours se réalise en une heure et permet d’en apprendre davantage sur l’animal et la culture qui l’entoure notamment grâce à des petits panneaux explicatifs et ludiques spécialement conçus pour les adultes, et le plus petits… On a apprécié 🙂 Une fois la ballade effectuée, on peut même aller découvrir au musée la culture Sami, ces fameux éleveurs lapons. Y est d’ailleurs exposée une collection ayant appartenu au célèbre ethnologue Alan Borvo

Et à ce qu’il parait, on trouve ici-même le modeste point de chute alsacien du Père Noël… Boum, un grand bon en enfance ! 😉

Dès 16h00 il y a aussi la possibilité d’être en contact direct avec les animaux plutôt sereins, en leur donnant du lichen à manger !

Entrée adulte : 4,50 €
Plus d’infos : www.lafermeauxrennes.com

BON PLAN : juste à côté se trouve l’Auberge de Schantzwasen où nous avons pu déguster un délicieux repas. Les plats traditionnels y sont préparés à base de produits venant directement des producteurs locaux, affichés sur la carte. Une excellente adresse !


Découvrir un ancien cirque glaciaire

Soultzeren, 1044 m.

Avant de remonter vers le Col de la Schlucht, nous décidons d’aller jeter un coup d’œil vers le Lac Vert (ou lac de Soultzeren).

Je l’avais déjà vu en été, période où les algues de couleur verdâtre colorent l’eau, mais en hiver l’endroit est totalement différent.

Immensité immaculée et un lac vert devenu blanc !

Isolé au pied du cirque glaciaire faisant office de contrefort du massif du Tanet qui s’élève jusqu’à 1280 mètres d’altitude, l’accès à ce lac en voiture est limité en hiver, ce qui lui confère un charme encore plus particulier. On a l’impression d’être isolé, au bout du monde…

Je te conseille d’aller te garer au parking du Tanet et de suivre le balisage (15 minutes de marche pour arriver au Lac Vert).


Grimper sur un sommet

La Bresse, 1363 m.

Impossible pour moi de ne pas aller faire un tour sur le Hohneck, le géant vosgien qui culmine à quelques kilomètres de la ferme aux Rennes en passant par le col de la Schlucht ! Je le connais presque par cœur car j’y suis déjà allé quelques fois randonner, mais il fallait que Florence voit cela une fois avec de la neige…

Le Hohneck n’est pas un sommet comme les autres…

Déjà parce qu’il ne se laisse pas écrire facilement… 😉 Ensuite, même si du haut de ses 1363 mètres il n’est pas le plus haut sommet du Massif des Vosges (mais bien du département), il est selon moi le plus majestueux ! C’est surtout son cadre qui le met en valeur. Il domine fièrement la ligne de crêtes qui sépare l’Alsace de la Lorraine. On y accède d’ailleurs par la fameuse « route des crêtes »… De là on peut y observer le joli lac du Schiessrothried. Il y a aussi le versant est qui est plus abrupte et qui laisse émaner un caractère plus alpin on ne peut plus envoûtant. Et puis la Réserve Naturelle du Frankenthal-Missheimle, un trésors à ciel ouvert !

Quand on est là haut, on est indéniablement en montagne !

Mon ami Pierre Dewit y fait d’ailleurs régulièrement des sorties alpinisme. Il n’est également pas rare d’y croiser des chamois mais nous n’aurons pas cette chance cette fois-ci. Le vent souffle, l’air est frais… on en prend plein la figure et on adore ça !

Paré de son manteau d’hiver, le géant immaculé dispose en son sommet d’un refuge, fermé en hiver.

Et par temps clair, on peut même y observer le massif des Alpes !

Coucou toi !

Passer une nuit en refuge à 1200 m d’altitude

Xonrupt-Longemer.

Nous posons ensuite nos sacs pour la nuit au superbe refuge du Sotré, à peine à un kilomètre du sommet du Hohneck. Attention car en hiver, il se peut que la route soit fermée.

Le Sotré en fin de journée…

Le refuge du Sotré est l’adresse idéale pour ceux qui veulent explorer davantage cette superbe région. Situé à 1200 mètres d’altitude, il peut accueillir des groupes, des entreprises, des familles et est labellisé « Espace Loisirs Handisport ». Les chambres sont aménagées simplement mais elles restent très confortables. Le rapport qualité/prix y est d’ailleurs exceptionnel à cette altitude. Il faut dire que la structure du bâtiment a été entièrement rénovée et agrandie en 2012.

Faire une randonnée nocturne en raquettes

L’équipe du refuge propose également de découvrir la montagne vosgienne en proposant toute une panoplie d’activités de pleine nature. Ces activités sont encadrées par des accompagnateurs en montagne professionnels : randonnée, trottinette tout terrain, VTT électrique, fauteuil tout terrain, orientation, marche nordique, bivouac, tir à l’arc, jeux nature, raquettes à neige, etc.

Nous avons décidé d’aller explorer plus en détails les alentours, vers le Col de Falimont.

C’est avec Florian que nous découvrons le massif autrement : raquettes aux pieds et frontales allumées pour une ambiance nocturne et venteuse absolument grandiose ! On recommande sans hésiter !

BON PLAN : N’hésite pas une seconde à manger un repas au refuge du Sotré. La cuisine servie au restaurant est vraiment savoureuse, à bon prix et encore une fois bien locale !

Plus d’infos et réservations : www.refugedusotre.com


Passer un moment de détente intense

Colroy-la-Roche

Le lendemain matin, nous prenons la route en direction du nord du massif vers la Vallée de la Bruche, où coule la rivière du même nom. Profonde et forestière, la jolie vallée est entourée de douces montagnes et de nombreux sentiers de randonnée. Elle marque aussi la limite géologique entre les Vosges gréseuses (au nord), et les Vosges cristallines (au sud).

Nous commençons notre découverte avec un moment détente absolument exquis à l’Hostellerie & Spa La Chenaudière.

Piscine avec vue…

Après le vent et le froid hivernal des hauteurs enneigées, le contraste avec les chaleurs parfumées du Spa est assez surprenant, mais tellement bon !

L’endroit est somptueux, apaisant et conviendra aux couples qui aiment se détendre dans ce genre de lieu avec une infrastructure soignée (décoration aux influences scandinaves).

Le sauna panoramique sur pilotis est juste impressionnant !

Récompensé en 2014 par le prestigieux Prix Villégiature du « Meilleur Spa d’Hôtel en Europe », on y trouve 2 500 m2 dédiés au bien-être et au repos avec de nombreuses installations telles que 4 piscines, 5 saunas dont 1 sauna vitré sur pilotis, 1 grand hammam-ruche, un bain-bois, une plage de micro-bullage, des douches à sensations, etc.

BON PLAN : Oui l’établissement est d’un certain standing… mais on t’as dégoté une formule « Bulle de neige » à 69 € par personne !

L’Office de Tourisme de la Vallée de la Bruche propose en effet différentes formules intéressantes et originales dans plusieurs établissements comme celui-ci.

Tu vas adorer car le prix comprend ½ journée de balade en raquettes (ou de ski de fond ou à pied) en gestion libre + ½ journée à l’espace spa + 1 buffet lunch + la mise à disposition de peignoir & draps de bain.

Nous trouvons cette formule parfaite !

Passer un aussi bon moment dans un si bel endroit

nous donne ÉVIDEMMENT envie de revenir en période estivale pour explorer plus en détail la vallée

et rencontrer ses habitants au détour d’un des nombreux sentiers…

Plus d’infos : www.valleedelabruche.fr


Sur les traces du passé

Schirmeck

Depuis le temps que je viens dans la région, il était intéressant de me pencher sur les événements historiques liés à celle-ci… C’est au Mémorial de l’Alsace-Moselle que nous sommes donc allés.

Vue extérieure vers Schirmeck

Il s’agit d’un musée didactique consacré à la Seconde Guerre mondiale dans l’Alsace et la Moselle annexées par l’Allemagne hitlérienne. Pour être honnête, je n’étais pas très motivé d’y aller au début mais je ne l’ai absolument pas regretté…

Il raconte subtilement et par des superbes mises en scène audio-visuelles l’histoire de la région et de ses habitants « ballottés » entre la France et l’Allemagne pendant plus de 70 ans !

Reconstitution d’une partie d’un ouvrage de la Ligne Maginot, absolument bluffant !

De par son infrastructure moderne et ses nombreuses scénographies de qualité,

le mémorial est endroit idéal pour comprendre ce qu’il s’est passé à cette sombre époque.

On parle alors du fonctionnement d’un régime totalitaire, les mécanismes de nazification et de quadrillage de la population par la terreur, la répression et l’incorporation de force des jeunes alsaciens-mosellans, etc.

Mémorial Alsace Moselle
Quai de gare : train pour l’évacuation…

Situé sur le territoire de la commune de Schirmeck en Alsace, le mémorial se trouve notamment en face du site de l’ancien camp de concentration de Natzwiller, au lieu-dit « Le Struthof» ouvert par les nazis en 1940 au tout début de l’annexion. La visite de celui-ci est apparemment tout aussi intéressante mais avec sujet « plus lourd » d’un point de vue thématique.

Fin de parcours… après l’horreur de la guerre, l’Armistice.

Ce qu’on en a pensé :

Le Mémorial Alsace-Moselle est vraiment impressionnant. Sans entrer dans le dramatique ou le sensationnel, la visite est très instructive, didactique et surtout intéressante à condition d’être sensible aux faits historiques. Certains passages sont émouvants, sans être choquants ou horribles.

Moi qui n’aime habituellement pas les musées, je recommande !

Tarifs : 11 € adulte – 9 € enfant/étudiant/senior
Plus d’infos : www.memorial-alsace-moselle.com


Dévaler les pistes de ski

Belmont, 1000 m.

Nous prenons ensuite la route pour une quinzaine de kilomètres encore plus au nord est du massif des Vosges, au cœur de l’Alsace vers la station Champ du Feu qui domine la Vallée de la Bruche.

Nous nous installons d’abord à l’hôtel-restaurant Mont Champ du Feu*** situé juste à côté des pistes de ski (et des sentiers de randonnées en été), pour profiter d’un établissement entièrement rénové avec goût et où on se sent vraiment bien… (tarif nuitée : àpd. 95 €/chambre double).

CONSEIL : y a même possibilité de dormir en roulotte ! 🙂

Les chambres sont spacieuses et la déco très raffinée.

Au restaurant la « Table du Champé », nous dégustons un repas « bistronomique » absolument exquis inclus dans la demi pension et qui oscille entre tradition et modernité, le tout préparé par le chef Thierry Bouillon.

Comme souvent en voyage, je craque alors pour des produits locaux savoureux et je fais l’impasse sur mon régime diminué en viande…

Le lendemain, après un solide petit déjeuner (crêpes maison, œufs sur le plat, la tout servi avec le sourire… la totale !) nous allons chercher notre matériel de ski et nos forfaits au service de location Hazemann situé juste à coté de l’hôtel (20 € la journée).

Si tu ne veux pas (trop) attendre, n’hésite pas à y aller dès ouverture.

Les pistes n’attendent plus que nous !

Outre les 90 kilomètres de pistes balisées de ski de fond en accès libre, la station propose 14 pistes de ski alpin accessibles grâce à 9 remontées mécaniques. L’ESF installée dans la station propose aussi des cours pour tous niveaux.

Il est clair que pour les habitués de grosses stations alpines, le domaine n’est pas très vaste. Il suffira cependant amplement à satisfaire les amateurs de glisse pendant une matinée ou une journée et ceci dans un station familiale et très bon marché (comme la plupart des stations du massif). Les pistes rouges sont top et la sympathie du personnel de piste est remarquable malgré un temps venteux et maussade lors de notre venue !

Plus d’infos sur la station


Matériel photo


C’est après une matinée de ski que ce magnifique séjour se termine.

Si tu as apprécié et que ces quelques lignes t’ont donné envie de vivre la même expérience,

n’hésite pas à consulter le site Massif des Vosges

où tu trouveras de nombreuses possibilités d’activités et d’hébergements.


N’hésite pas à le partager ou commenter !
Ce genre de petit geste est toujours encourageant
et me permet surtout de continuer à te proposer d’autres idées d’escapades…



Cet article est le fruit d’un reportage invité par le collectif Massif des Vosges, coordonné par l’agence aiRPur. Merci à tous pour votre confiance ! Cet article contient des liens sponsorisés. Mes propos restent cependant (et comme toujours) honnêtes et objectifs.