Laisse-moi te confier quelque chose : il y a depuis quelques temps comme une envie irrépressible, une sorte de démangeaison interne, qui me titille depuis un moment… C’est le désir profond de retourner faire du packraft en Belgique.

Packraft en Belgique

Le packraft en Belgique

La vie fait que parfois, on passe à autre chose sans s’en vraiment rendre compte. J’ai voyagé, j’ai réalisé de nombreux reportages, j’ai continué d’explorer mais trop souvent en laissant la pratique du packraft de côté… Je ne m’en suis pas vraiment préoccupé en effet mais aujourd’hui, après une longue période loin de l’eau, mon cœur et mon âme aspirent à retrouver ces sensations uniques. Comme tu le sais peut-être, j’ai en effet déjà eu souvent l’occasion de glisser sur des rivières, de me laisser porter par le courant. J’étais d’ailleurs le premier blogueur francophone à en parler à l’époque sur mon site (ma découverte du packraft). Et même si grâce aux Sauvageonnes et leur concept des tables de l’Extrême j’ai pu en refaire récemment, j’ai toujours ce manque qui grandit en moi et qu’il est grand temps de combler…

Le packraft, pour celle et ceux d’entre vous qui découvrent, c’est une petite embarcation gonflable, légère (et robuste), facile à transporter dans un sac à dos. Accompagnée de pagaies démontables, elle te permet d’explorer les rivières et les lacs “autrement”.

Tu peux organiser ta sortie comme tu le souhaites : soit tu gonfles ton raft et tu descends la rivière sur quelques kilomètres avant de la remonter par les sentiers, soit tu reprends le bus, le train, soit tu fais le contraire. Tu peux en effet aussi (et c’est souvent ce que je fais) randonner une dizaine de kilomètres depuis ton point de départ (à proximité de la rivière) pour ensuite la retrouver plus haut et descendre tout jusqu’au point de départ.

Et la Belgique, avec ses 450 km de rivières navigables à la fois douces et parfois sauvages, offre des parcours variés et accessibles !

Packraft sur la Semois :
une évasion à par entière

Prenons la Semois, par exemple. Je me souviens des sensations de liberté et d’immersion totale dans la nature rencontrées lors d’une descente hivernale en autonomie avec un ami. Chaque coup de pagaie me rapprochait d’une tranquillité d’esprit presque oubliée… C’est dingue ce que l’eau à comme pouvoir. L’eau qui glisse sous le packraft, le murmure constant du courant, les oiseaux qui chantent sur les rives : tout contribue à un sentiment de paix profonde. Et j’ai constaté que sur certains tronçons, on ne croisait quasi personne. J’avais l’impression d’être dans un autre pays ! C’est cette sérénité, mêlée d’une pointe d’aventure avec des bivouacs en pleine nature, qui me manque terriblement.

Packraft sur l’Ourthe :
des sensations régressives

L’Ourthe, avec ses eaux que je connais depuis ma plus tendre enfance, est parfois plus vive. Elle m’a d’ailleurs toujours procuré un mélange d’excitation et de défi. Les premiers moments où tu sens le courant saisir ton embarcation, ton cœur bat un peu plus fort, tes sens s’aiguisent. Je ne te parle pas de rivières déchainées de catégorie 3 ou 4 certes, mais il y a parfois quelques passages excitants. Il y a aussi cette communion instantanée avec l’élément aquatique, un dialogue silencieux entre la rivière et toi qui s’établit sans prévenir. Sur l’Ourthe, autant chaque passage plus rapide est une infime victoire, chaque portion calme un moment de grâce. C’est ce contraste qui rend l’expérience si enrichissante, si vibrante, avec des paysage somptueux comme le passage sous le rocher du Hérou, par exemple.

Packraft sur la Lesse :
un parcours facile et spectaculaire

Quant à la Lesse, elle évoque en moi le souvenir de passages où l’on doit parfois faire preuve d’adresse, sans aucun risque. C’est ludique sans être compliqué. Les enfants adorent. La sensation de glisser à côté des falaises calcaires est aussi mémorable, ou d’explorer des grottes accessibles seulement par l’eau. C’est comme être le protagoniste de sa propre aventure. La Lesse serpente à travers des “gorges” calcaires, des forêts plus denses, et des zones agricoles, offrant ainsi une variété de paysages qui évoluent au fil des saisons. Cette diversité crée un cadre spectaculaire pour le packraft, permettant aux pratiquants de s’immerger dans un environnement naturel intéressant et à proximité des transports ferroviaires (pour revenir au point de départ par exemple).

Packraft en Flandre :
une douceur urbaine

Et je n’oublie pas les douces eaux de Flandre, comme la Dyle et la Lys, où le packraft devient une bulle de quiétude, un moyen de se fondre dans le paysage qui est aussi parfois plus urbain. Sur ces rivières, le temps semble suspendu. Serpenter à travers des villes et des villages chargés d’histoire devient un plaisir. En packraft, il est en effet possible de découvrir sous un nouvel angle des sites d’intérêt historique et culturel, comme des châteaux, des moulins anciens, ou des quartiers historiques de villes telles que Gand ou Bruges. Cela ajoute une dimension éducative et enrichissante à l’expérience de packraft.

Packraft en Belgique

Pourquoi ce désir intense de retourner faire du packraft ?

Tu te demandes peut-être pourquoi ce désir est si fort en moi ? C’est simple : le packraft en Belgique, c’est plus qu’une activité, c’est une reconnexion. Après une longue période sans pratiquer, mon être tout entier aspire à retrouver cette liberté. C’est une expérience presque méditative, où chaque coup de pagaie éloigne un peu plus les soucis du quotidien.

C’est dans ces moments, seul au milieu d’une rivière ou accompagné de quelques amis, que je me sens vraiment vivant. Et qu’est-ce que je suis bien bon sang ! Les sensations de glisse, l’excitation face aux petites rapides, la paix des eaux tranquilles, tout cela crée une symphonie d’émotions qui rend littéralement accro. Et aujourd’hui, je brûle d’impatience de retrouver le packraft, de me laisser à nouveau emporter par la musique des rivières, que ce soit en Ardenne ou ailleurs !

Le Packraft : un appel à l’aventure

Alors si tu ressens toi aussi cet appel de l’aventure, si l’idée de te retrouver en harmonie avec la nature te séduit, je te lance un défi : va découvrir le packraft en Belgique ! Il existe de nombreux prestataires en Belgique qui proposent des sorties accompagnées ludiques et variées. Que tu sois un ancien pratiquant comme moi, nostalgique de ces sensations, ou un débutant curieux d’expérimenter cette liberté sur l’eau, il y a toujours bien une rivière ou un cours d’eau, qui n’attend que toi. Je te promets, l’expérience du packraft te transforme. J’en ai convaincu plus d’un(e)s… Elle t’apprend sur toi-même, sur ta capacité à te dépasser, à te fondre dans le grand tout de la nature. Et crois moi, une fois que tu auras goûté à cette aventure, tu comprendras ce désir irrépressible qui me pousse à vouloir y retourner.

Tu veux tester seul(e) mais tu n’as pas de matériel ? Ce n’est pas grave. Tu peux aussi en louer chez Luc de Packraft.be ! Il propose aussi des idées d’itinéraires selon les conditions météorologique. Luc est le pionnier du packraft en Belgique et c’est lui qui un jour a accepté de m’emmener en Ardenne pour me faire découvrir cette discipline. Je ne le remercierai jamais assez… Il organise aussi des journées découvertes, des week-end bivouac et même des voyages à l’étranger (France, Slovénie).

Attention, la pratique du packraft ne se fait pas n’importe où ni n’importe comment.
Il y a en effet quelques petites choses à savoir avant de se lancer,
notamment au niveau de la règlementation et de la sécurité.

Voici le guide pratique du packraft en Belgique et ailleurs,
si cela t’intéresse d’en savoir plus !

Packraft en Ardenne
Article précédentRoadtrip hivernal en van aménagé dans Vosges
Article suivantLa randonnée en Belgique
Je suis l'auteur de ce blog RANDO, VOYAGE et OUTDOOR. Passionné de randonnée, de nature et des bonnes tables, j'aime transmettre ma passion et mes coups de cœur en toute simplicité sans faire de la grande poésie. Mon but est uniquement d'inspirer et de partager ces découvertes avec des textes sobres, sincères et pratiques le tout si possible avec une petite touche épicurienne bien à moi... "Happiness is only real when shared" (Christopher J. McCandless dit « Alexander Supertramp »)  

TU ME LAISSES UN PETIT COMMENTAIRE ?

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.