J’adore l’hiver, les activités qu’il propose et son ambiance typique. Mais en cette fin d’année, j’ai décidé de bousculer mes habitudes en réalisant une petite escapade entre les fêtes vers une destination totalement inconnue pour moi : Lanzarote.

DSC05683-3

Je vous invite via ce récit à découvrir mon voyage sur cette île d’origine volcanique qui n’a pas cessé de m’émerveiller. Entre paysages lunaires au cœur des volcans, oasis de palmiers et plages paradisiaques aux eaux turquoises, j’ai constamment eu l’impression d’être dans un autre monde


Petit rappel géographique…

Lanzarote est une île d’Espagne située dans l’océan Atlantique et faisant partie des îles Canaries. Elle est la plus orientale de cet archipel, au large des côtes africaines.

Id_391_presentationcanariesdef (1)
http://e-sushi.fr/

Peuplée de +- 140 000 habitants, sa capitale est Arrecife. Depuis 1993, l’île est reconnue réserve de biosphère par l’Unesco.

D’une superficie de 845,94 km², l’île culmine à 670 mètres d’altitude aux Peñas del Chache, que je n’ai pas eu l’occasion de grimper. Une grande partie des roches en surface sont récentes d’un point de vue géologique en raison de la grande activité de ses volcans au début du XVIIIe siècle, ce qui donne à l’île un charme très particulier.


En pratique :

En si peu de temps (4 jours), je n’ai évidemment pas eu l’occasion de découvrir toute l’île et ses trésors. Armé d’un guide et d’une carte achetée sur Amazon (liens en fin d’article), j’ai établis un programme réalisable sur cette courte durée, avec les principales curiosités qui m’intéressaient. J’ai en effet mis de côté les attractions hyper-touristiques et remplies de monde. En effet, en cette période et à mon grand étonnement, l’île est encore assez convoitée par les touristes, presque autant qu’en été.

En y réfléchissant, c’est finalement normal vu la constance de la météo tout au long de l’année qui assure une température moyenne flirtant avec les 20 °c. et seulement 20 jours de pluie/an.

Pour s’y rendre, n’hésitez pas  consulter les compagnies low-cost comme Ryanair qui desservent généreusement les îles Canaries. Je n’ai pas trouvé meilleurs prix…

Mon moment préféré... ou pas. :)
Mon moment préféré… ou pas. 🙂

Une fois sur place, je me suis rendu au bureau de locations de voitures Autoreisen à l’aéroport où j’avais réservé un bolide… Simple et pratique, c’est presque indispensable pour visiter l’île à son aise. La plupart des routes sont belles et la circulation facile. Comptez environs 100 € tout inclus pour une semaine de location d’un véhicule en très bon état avec air conditionné.

DSC05506

Pour le logement, pas de bivouac cette fois-ci : ce n’est pas toléré sur l’île, même si j’ai repéré quelques spots sympas et croisé des « backpackers » en semi-autonomie qui ont bel et bien campé…

J’ai préféré éviter et opter pour la première fois pour un logement chez l’habitant avec AirBnB, où j’ai pu trouver une chambre chez des personnes très sympathiques à un prix littéralement dérisoire (10 eur/nuit) !

DSC05501


Quelques découvertes :

Voici les endroits que j’avais envie de découvrir sur l’île, en me renseignant et m’inspirant sur différents forum et sites internet. Cela m’a permis préparer un tracé à réaliser avec la voiture et d’en découvrir avec enthousiasme d’autres chouettes petits coins.

C’est ça aussi voyager 🙂

Parc National Timanfaya : c’était littéralement mon premier objectif, voir ce parc du centre de l´île, comme « hypnotisé » par ce que j’avais vu sur le net avant de m’aventurer sur cette île…

Il se trouve près de la ville de Tinajo et Mancha Blanca, où je logeais, c’était donc facile. Il est également appelé Montañas del Fuego (montagnes du feu).

D’après les avis internet, c’était donc un inévitable à visiter… et à juste titre ! Par la route, vous traversez des collines surprenantes aux tons rouges, ocres et orangés somptueux. Une entrée payante est obligatoire pour parcourir une partie au cœur du parc en car, je l’ai évité en voyant la file de voitures pour y rentrer et en pensant à l’idée de me mettre dans un car bondé…

Qu’à cela ne tienne, un ou l’autre arrêt sur les rares parkings en bordure de route m’ont permis de réaliser quelques chouettes photos.

DSC05684-3

Un décor digne de films de sciences-fictions…

DSC05900

Son emblème est un sympathique petit diable créé par l´artiste de l´île César Manrique, et qui nous accueille en tous points du parc. Le parc a été déclaré parc national en 1974.

DSC05530-3

Ce parc d’origine volcanique ne peut pas se parcourir dans son entièreté parce que la zone représente une grande richesse naturelle. C´est également une zone de protection spéciale des oiseaux.

DSC05756-3

En 1730 et 1736, il y a eu deux grandes éruptions sur l´île, les deux dernières. Le parc a plus de 25 volcans, et aussi quelques geysers et points de chaleurs, qui peuvent atteindre 200 degrés.

Il y a par contre un chemin le long de la cote qui est libre d’accès ainsi que quelques chemins à travers les coulées de lave au delà le la route LZ-67 où vous pourrez gambader, mais il est important de ne pas en sortir.

C’est un de ceux-ci que j’ai emprunté librement pour monter au sommet du Pico Partido, à quelques centaines de mètres donc du parc national, en garant ma voiture au pied de la Montana Tingafa (le point blanc au pied de la butte gris foncé sur cette photo 🙂 ).

DSC05547-3

Et là toute la beauté du site se présente à moi… c’est magique !

A travers un chemin composé de lave dure et coupante, entre quelques touffes de végétation, de sable noir aride et de coulées de lave figées, j’ai commencé à m’élever vers ce petit sommet volcanique.

Le soleil chauffe, le ciel est bleu, je suis seul au milieu de cette vaste étendue et j’ai enfin l’impression d’être réellement à Lanzarote 🙂

DSC05538-3

La vue au sommet est mon premier point de vue du séjour, il restera le plus puissant pour moi. La vue sur l’océan au loin d’un côté, les volcans de l’autre… mémorable.

DSC05554-3

DSC05559-3

La descente se fait en un clin d’œil et j’en profite pour me poser un instant. Il fait de plus en plus chaud et j’adore ça. On flirte avec les 25 degrés. C’est génial…

Et à cet instant j’ai une pensée (oui ça m’arrive 🙂 ) : « Ça devait être bien mouvementé ces éruptions… ». En y réfléchissant, comme l’endroit est rempli de petits volcans, je m’imagine des scènes d’apocalypse, totalement en opposition avec le moment vécu à cet instant, ou j’ai l’impression d’être au paradis

Une fois de retour à la voiture, je continue la route du parc vers El Golfo, en bord de mer.

DSC05576-3


El Golfo : plus on s’en rapproche, plus le sol change pour accueillir un peu de verdure…

DSC05582-3

Ce petit village est très joli et on y mange très bien. De nombreux établissements se succèdent en bordure de la plage où les roches de lave pétrifiées rencontrent les vagues déchaînées de l’océan.

DSC05599-3

Quelques bateaux de pêche nous indiquent qu’El Golfo est un village de pêcheurs. J’y déguste d’ailleurs une excellente assiette de gambas à la plancha…


Lago Verde : à El Golfo, on trouve un lagon au pied de la côte rocheuse de lave où vous serez accueilli par la couleur verte frappante de la lagune, dans un contexte de falaises rouges. C’est impressionnant !

La lagune verte est aussi appelée Charco verde, Charco de los Clicos ou Lago de los Clicos. Elle est coincée entre une plage de sable noir et des falaises noires, rouges et jaunes d’un volcan dont la moitié du cratère est engloutie dans l’océan.

Le site est superbe…

DSC05602-3

Cette lagune est accessible par un petit sentier qui s’élève depuis un parking à l’entrée d’El Golfo ou par un chemin en bordure d’océan depuis un autre parking situé plus au sud du village. La baignade dans la lagune n’est pas autorisée…


Los Hervideros : si vous roulez du parking d’El Golfo plus loin vers le sud le long du littoral, vous passez à la droite une route secondaire vers la côte qui débouche sur un parking. Los Hervideros est un nouvel arrêt «obligatoire» pour les touristes.

La mer y a creusé quelques grottes dans les côtes de lave poreuse…

DSC05612-3


Salinas de Janubio : quelques kilomètres plus loin vous arrivez dans la lagune d’El Charco. Ici, dans les Salinas de Janubio, on produit encore du sel. L’eau de mer est collectée dans des réservoirs. Lorsque l’eau s’est évaporée le sel reste…

Les couleurs sont belles mais je ne m’y attarde pas.

DSC05618-3


Playa Blanca : la route me mène ensuite à Playa Blanca, une des plus grosses stations balnéaires de l’île.

Nous sommes à l’extrême sud de l’île. L’endroit est peuplé mais a sur garder un certain charme avec ses rues en bord de plage remplies de restaurants et de commerces, tantôt typiques, tantôt plus touristiques.

DSC05851


Playa Papagayo : à quelques pas de là, cette plage accessible via un chemin de terre et après avoir payé une taxe de 3 €, est référencée comme une des plus belles de l’île, si non la plus belle.

N’étant pas très « plage », j’étais sceptique, mais j’ai vite déchanté…

DSC05623-3

Cette petite crique est vraiment très belle. Elle doit certainement être bondée en saison, mais un sentier permet déviter la foule et de gambader dans cette belle réserve naturelle dont elle fait partie.

Une autre crique se trouve juste à côté, tout aussi belle.

DSC05646-3

En fin de journée, je profite d’en magnifique couché de soleil, sur la terrasse de mes hôtes…

DSC05728-3


Parc Naturel de los Volcanes : aujourd’hui, je décide de me rendre dans ce parc libre d’accès pour les randonneurs.

Il est situé au nord du parc de Timanfaya. Je m’y suis rendu via Mancha Blanca pour y découvrir le cratère le plus large de l’île, celui de la Caldera Blanca.

Si vous ne deviez faire qu’une randonnée sur l’île, il parait que c’est celle à faire absolument…

DSC05750-3

J’ai garé ma voiture sur un parking prévu à cet effet à la sortie du village et en fin de sentier. Après un chemin dans les laves diverses je passe d’abord près d’un petit volcan La Caldereta (La petite chaudière).

Je suis déjà très impressionné par cette ouverture de cratère… Mais je ne suis pas au bout de mes surprises…

DSC05757-3

Commence alors une ascension à flanc, bien tracée, qui m’amène à la lèvre de la Caldera Blanca.

DSC05770-3

Dans mon dos, un chouette panorama…

DSC05772-3

Et puis, sans prévenir, le volcan immense se laisse découvrir d’un seul coup.

La vue est impressionnante sur le cratère et ses bords. J’ai le souffle coupé à la vue de ce creux gigantesque.

Sous mes pieds un précipice d’une centaine de mètres, devant moi un « amphithéâtre » de plus de 300 mètres de hauteur et d’un diamètre de 1 kilomètre !

DSC05778-3

L’ascension vers le sommet (461m) par la gauche est facile, et je la réalise hyper excité… La sensation de vide et d’immensité est euphorisante. J’entends quelques chèvres…

DSC05786-3

Arrivés au sommet, la vue à 360° sur l’Océan au Nord, les volcans de Timanfaya au Sud…

DSC05799-3

Un corbeau qui a élu domicile sur le sommet m’accueille… il semble attendre un morceau de pain 😉

DSC05829

Et puis, après quelques photos, j’aperçois plus loin sur la crête sommitale une chèvre qui n’arrête de pas bêler. Seul, j’assiste alors à une naissance… Un moment magique, une fois de plus.

DSC05824

La vue du sommet est grandiose.

DSC05808

Celle vers Timanfaya également…

DSC05815

Je redescends par l’autre côté du cratère et admire le reste des paysages offerts par cette randonnée mémorable…

DSC05845


Mirador del Rio : avant de reprendre l’avion, je me suis rendu à ce point de vue remarquable situé à l’extrême nord de l’île. Il a été aménagé par l’artiste et architecte César Manrique.

DSC05914

Le Mirador del Río se situe sur un promontoire de roches volcaniques qui surplombe la mer d’une hauteur de 475 m. Le style typique de Manrique, c’est-à-dire complètement intégré à son environnement naturel et dépourvu d’angles droits, est bien présent. Le bâtiment est joli mais ne vaut pas selon moi le prix d’entrée (4,50 €). Il héberge un café doté de grandes vitres panoramiques, une boutique de souvenirs et une plateforme panoramique.

DSC05904

Le site fait cependant partie des grandes attractions touristiques de Lanzarote car il permet de jouir d’une vue époustouflante sur l’archipel de Chinijo qui se situe au-delà du détroit large d’environ deux kilomètres, qui sépare l’île de sa voisine La Graciosa.

Ce court détour dans ce coin m’a permis d’avoir un aperçu du nord de l’île. Je n’ai malheureusement vu que cela et il y a encore bien d’autres choses à voir et à faire comme la découverte du volcan au pied du village de Ye, la Corona, ou la plage de Famara.

Une bonne raison donc de revenir une prochaine fois 😉

DSC05908


À voir et à faire également :

  • Activités sportives (plongée, kite surf, pêche, équitation, golf, etc.)
  • Plages : les plages de Lanzarote sont accueillantes et magnifiques… la température moyenne annuelle de l’eau est d’environ de 19,5ºC.
  • Shopping
  • Gastronomie :  On mange bien à Lanzarote ! J’ai passé de bons moments à table : l’île dispose d’une offre variée et qualifiée de bons restaurants. Les bonnes viandes, les tapas, le poisson frais, les légumes et l’huile d’olive font partie de la table. Le vin et le fromage ont aussi une grande importance. Les potajes sont  typiques à base de légumes. La terre volcanique donne des pommes de terre fabuleuses et celles-ci sont incluses dans presque toutes les spécialités de Lanzarote. Parmi les recettes de poisson il faut remarquer le Sancocho. Personnellement, j’ai adoré manger en bord de mer et déguster des assortiments de tapas, cuisinés simplement mais avec beaucoup de saveurs.Parmi les viandes, on remarque le porc, le poulet, le lapin et la chèvre. Quant aux desserts les pains de maní et les roscos de alma sont très typiques. On ne peut pas oublier le plat plus populaire : papas arrugadas con mojo. C’est obligatoire de le goûter au cours de votre visite à Lanzarote.
  • Jameos del Agua : l’une des attractions les plus populaires de l’île. Une combinaison remarquable de géologie, d’architecture et de design. César Manrique y a construit un centre d’accueil avec un restaurant, un bar, une salle incroyable et un musée à l’intérieur de ce qui était un tube de lave gigantesque.
  • Jardin de cactus : construit dans une ancienne carrière dans le nord de l’île, le Jardin de Cactus est une autre création Cesar Manrique. Le jardin, conçu sous la forme d’un amphithéâtre, abrite plus de 10.000 cactus du monde entier ainsi qu’une multitude de belles sculptures en pierre volcanique.
  • Les villes et villages typiques comme TeguiseYaiza, Puerto CaleroHaría, son calme et sa palmeraie, véritable oasis de verdure, à l’intérieur des terres. Arrieta sur la côte sauvage du nord/est de Lanzarote. Orzola, village de pêcheurs où sèchent au vent les poissons fraîchement pêchés, et d’où vous pourrez embarquer pour l’île de La Graciosa.
  • Etc.

Mon avis :

Je ne sais pas par où commencer tellement j’ai adoré découvrir cette île, à tel point que je pense déjà à y retourner pour continuer la découverte à profiter de ses coins de paradis, notamment dans le nord. Cela me motive d’ailleurs aussi à retenter l’expérience avec une de ses voisines plus tard… qui sont il parait, tout aussi belles.

J’ai eu littéralement eu l’impression d’être dans un autre monde, je n’avais jamais ressenti cela.

Des volcans à perte de vue, comme dans un film de science fiction à la surface d’une planète inconnue… Un sable noir chaud, une lave pétrifiée coupante et inhospitalière… Et puis, de temps à autre un palmier, une touffe de végétation timide, une route sans fin, des maisons blanches typiques, des cultures rectilignes, pour me rappeler que je suis bien sur terre !

Les plages sont superbes, l’eau y est cristalline, la nourriture est délicieuse, les gens, rudes du premier abord mais finalement chaleureux et très serviables… La météo est souvent clémente et les paysages sont à couper le souffle, malgré le relief relativement plat. Que demander de plus ?

Si vous vous posez encore la question, n’hésitez plus et prenez une semaine de votre temps pour vous y rendre et souffler un peu, je suis intimement persuadé que vous ne le regretterez pas…

Et si vous souhaitez plus d’infos sur les possibilités de randonnées ou les tracés des parcours que je viens de vous conter, n’hésitez pas à me le faire savoir, je me ferai un plaisir de vous répondre 😉

Belle découverte !


Plus de photos :

photo logo


Bonus :


Documentation :

Loading Facebook Comments ...

10 Commentaires

  1. Bonjour Maxime,
    J’ai lu ton article et j’avoue avoir été transporté ! Mon ami et moi voulons explorer Lanzarote pour une journée étant donné que nous séjournons à Fuerteventura. J’aurai aimé avoir tes conseils de visites car on aimerai également éviter les bains de touristes et les entrées payantes. Je te remercie !

  2. Bonjour
    Merci pour toutes vos infos C est génial nous partons le 30 avril avec notre fils en fauteuil roulant nous pouvons prendre un peu de pente mais raisonnablement quels balades sont le plus accessibles ? Merci beaucoup

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.