10 bonnes raisons d’aller en Gaume

Si tu te demandes encore pourquoi j’aime autant aller crapahuter en Gaume dans le sud de la Belgique, il est temps de lire cet article attentivement. Et si après ça tu n’as pas envie d’aller y faire un tour, je pense que je ne peux plus rien faire pour toi ! 🙂

Ah, la Gaume… Cela fait quelques fois que j’y retourne et à chaque fois je fais le même constat : « Quelle belle région dépaysante, à deux pas de chez nous… ». Si tu ne le sais pas, la Gaume est située au sud de la Belgique, tout juste après le massif ardennais. A deux doigts de la France et juste à côté du Pays d’Arlon, je trouve que les paysages sont encore bien différents de ceux qu’on rencontre en Ardenne ou dans le Condroz. Le temps y est également plus doux, les maisons communales sont des mairies et les accents délicieusement dépaysants. Bref, j’ai l’impression de voyager à chaque incursion en Gaume et j’adore ça !

Voilà déjà une bonne raison, au final. J’ai cependant décidé de dresser une liste plus concrète et non-exhaustive des raisons qui font que la Gaume est une de mes régions préférées en Belgique. Je te souhaite beaucoup de plaisir à la découvrir…

1. Pour les paysages bucoliques

En Gaume, les vastes pâturages mélangent de jolies couleurs tandis que les collines arrondissent le paysage déjà bien vallonné.

Les méandre de la Semois séparent délicatement le tout en traçant une ombre dans le paysage en en faisant ressortir une certaine poésie que seul un rayon de soleil Gaumais à l’art de nous chanter !

© Samuel Vandenberg – www.fokuspokusproduction.com

2. Pour les panoramas sur les hauteurs de la Semois

J’adore aller crapahuter sur les nombreux rochers qui surplombent la Semois et qui offrent des panoramas aux allures de montagne. Un de mes préférés est celui du Rocher du Hât à Chiny, qu’on découvre lors d’une promenade balisée (n°25) de la Carte de promenades Florenville – Chiny – Herbeumont disponible notamment au Syndicat d’initiative de Florenville (tout proche) au prix de 8€.

© Samuel Vandenberg – www.fokuspokusproduction.com

Ne manque pas aussi de découvrir :

3. Pour le terroir gastronomique

Impossible de venir en Gaume sans passer à côté de la cuisine et des produits locaux. Ici, la cuisine est généreuse et les saveurs divines. Pour les amoureux de terroir, on pense directement à la charcuterie et aux salaisons comme le saucisson gaumais, le Pâté Gaumais (une sorte de tourte ayant reçu l’Indication Géographique Protégée IGP), le bœuf des riches prairies gaumaises, ou encore les nombreux fromages de vaches, chèvres ou brebis. Sans oublier les nombreux breuvages comme le Zygomar fait à base d’aspérule et de pommes, les bières locales, le pétillant de Torgny, etc.

Si je dois vous recommander une bonne adresse dans la région de Chiny ( à Jamoigne, pour être précis), c’est au Bar à Goûts. Cette enseigne a vu le jour dans un ancien magasin de meubles bien connu dans la région. Aujourd’hui, ce bar à vins et à bières spéciales est installé dans un cadre cosy et vintage à l’ambiance chaleureuse. Philippe & Vinciane se chargeront de t’installer confortablement et t’offriront la possibilité de déguster une palette apéritive accompagnée d’une bière locale, voire d’un excellent vin. Ils organisent également des soirées thématique (tapas, sushis, ateliers lectures, etc.). On a adoré !

Nous sommes aussi allés déguster les Chocolats d’Edouard à Florenville. Edouard Bechoux, grand voyageur et amoureux des saveurs osées, s’est imposé comme une référence dans le monde du chocolat en Belgique et à l’étranger. Son espace de dégustation lui permet de proposer ses dernières créations à la carte, accompagnées d’une petite restauration délicate et savoureuse. Il propose aussi des visites d’ateliers et des événements sur mesure.

Si tu aimes le chocolat, sache qu’on nous a également beaucoup parlé de François Deremiens qui a fait de sa passion pour le chocolat un métier. Il propose des chocolats, desserts et autres glaces aux arômes subtiles. Nous avons goûté son chocolat, c’est un délice. La notion d’artisan est respectée dans son sens le plus noble, tout le travail est réalisé manuellement et la production est très limitée.

4. Pour l’accueil chaleureux

Le Gaumais est bon vivant et de nature sympathique. Il en va de même pour l’accueil, je peux te l’assurer ! Pour la petite histoire, on raconte que les Gaumais sont bien plus « relâchés » et enclins à la rigolade que les Ardennais, de nature plus sérieux et habitués au dur labeur de terres plus difficiles à travailler et à un climat plus rude. Moi qui ai l’habitude de fréquenter « l’Ardenne profonde » et ses personnages hauts en couleurs, cela me fait sourire…

Je vous invite en tous cas à découvrir la chambre d’hôtes La Vie en Rose, chez Anne-Françoise Rossignon et Pierre Maîtrejean. Dès notre arrivée, nous avons été comblés par l’accueil chaleureux de ce joli couple. Véritable hôte de qualité, Anne-Françoise saura vous mettre à l’aise et vous laisser profiter du magnifique jardin tandis que Pierre, en sympathique amoureux de l’Histoire locale, vous contera les plus belles anecdotes liées à la région. Un pur plaisir…

Ajoutons à cela des chambres agréables, une salle de bain magnifique, une petite salle de fitness (madame est une ancienne prof de sport) et des produits de la table proposés entièrement locaux et/ou fait maison… j’étais aux anges et j’ai vu, l’espace d’une nuit, la vie en rose !

5. Pour l’abbaye d’Orval et sa bière

Que dire… L’endroit est idyllique, rempli d’histoire et presque sacré à mes yeux. N’hésite pas à aller visiter les ruines de l’ancienne Abbaye cistercienne, là où jaillit la fontaine Mathilde.

Tu peux aussi profiter des magnifiques jardins, d’une exposition ou même découvrir le musée monastique d’Orval dans lequel architecture, sidérurgie et art sacré se mélangent.

Plus d’infos ici

Evidemment, je ne peux m’empêcher également de te parler de ma bière préférée… L’Orval. Je l’ai dégustée à toutes les sauces : fraîche, tempérée, jeune, vieille, en sauce, avec ou sans fromage. Il y tellement d’autres bières à découvrir ici ou ailleurs, j’en suis conscient. Mais c’est celle-ci qui revient chaque fois dans mon cœur.

Je n’ai pas forcément l’habitude de te conseiller des endroits ultra-touristique, mais Orval est selon moi un must, tout comme un passage au restaurant A l’Ange Gardien, juste à côté. Souvent bondé de monde (succès oblige), l’accueil de cette brasserie y est cependant très bon, le service impeccable, la cuisine de qualité et la carte variée. J’adore y déguster « l’Orval du moine » (plus doux, exclusivement servi ici, à la pompe et qui n’est pas commercialisé) avec son assortiment de fromages (jeune, mi-vieux et vieux) ainsi que le fameux burger Ange Gardien avec viande locale, une tranche de fromage d’Orval et une sauce du même fromage…

6. Pour descendre la Semois

La Semois (Sm’wa en gaumais), nourrie notamment par la Rulles et la Vierre, est une jolie rivière de Belgique (et de France) qui prend sa source à Arlon et qui traverse la Gaume (et l’Ardenne) avant de franchir la frontière française et se jeter dans la Meuse.

Les Passeurs réunis proposent des descentes en canoë-kayak de Chiny à Lacuisine, Florenville ou Chassepierre. De 8 à 26 kilomètres en kayak mono, biplace ou en canoë. C’est en tout cas l’occasion idéale de découvrir une rivière sauvage passant par des villages magnifiques…

Il y a aussi le Batifol aussi à Chiny. Si tu préfères te prélasser dans un endroit calme, n’hésite pas à aller faire un tour au Lac de Conchibois à Saint-Léger. Cette zone de baignade gratuite d’accès (et d’une eau d’excellente qualité certifiée l’écolabel Pavillon Bleu) est l’endroit rêvé pour se poser et profiter du calme. On y trouve aussi une cafétéria, un skate-parc ou la possibilité de louer des vélos à assistance électrique !

7. Pour le riche patrimoine historique et culturel

La Gaume est une terre d’Histoire qui a vu de nombreux événements. Impossible de passer à côté du Musée gaumais installé à Virton. On peut y découvrir le riche patrimoine gaumais et les particularismes régionaux, distincts de l’Ardenne et du Pays d’Arlon.

On trouve aussi plusieurs antennes décentralisées constituées en A.S.B.L. autour du Musée de Virton (1939), du Musée lapidaire et du Parc archéologique de Montauban (1958), du Musée de la Vie paysanne à Montquintin (1965) et du Musée d’histoire militaire de Latour (1969).

Lors d’un passage à Latour, j’ai apprécié découvrir le musée Baillet Latour qui propose une exposition permanente sur l’histoire du village de Latour depuis ses origines romaines jusqu’à la révolution française. Le Musée des Guerres en Gaume nous parle aussi du sanglant épisode de la Bataille des Frontières : des milliers de combattants français et allemands y trouvent la mort. Une large part du musée entretient le souvenir de ces événements douloureux. Il faut savoir que la région a aussi eu à subir la Deuxième Guerre mondiale. La scénographie aborde plusieurs thèmes comme l’Exode de mai 1940 ou l’Occupation allemande et ses déportations. Sans oublier la Résistance et enfin la Libération par les Américains, en septembre 1944.

L’espace multiculturel et cultuel réalisé par le Fonds Baillet Latour est aussi à découvrir dans l’église Saint-Martin qui date probablement de la première moitié du XVIe siècle (fin du gothique). La présence d’une pierre gallo-romaine sous le maître-autel atteste aussi l’édifice d’un lieu de culte très ancien. La restauration de celui-ci en 2017 a permis de découvrir plusieurs piscines liturgiques et la mise en valeur d’un tabernacle de pierre.

8. Pour Torgny et son vignoble

Tu vas croire que je ne fais que boire et manger… c’est un peu vrai (mais je te parlerai rando après, promis). Sache qu’en Gaume on fait aussi du vin, ou plutôt du pétillant, typé crémant bio méthode traditionnelle… rien que ça. En effet, le sol riche et la météo gaumaise permettent la culture de vignes. En Gaume, il fait bon ! La température moyenne y est plus élevée que partout ailleurs en Wallonie. C’est un micro-climat, c’est comme ça et les Gaumais en sont fiers.

Le Vignoble du Poirier du loup sur les hauteurs de Torgny en est la preuve.

Le vignoble Poirier du Loup comprend 5 cépages sur une superficie de 1ha 60 ca. Le pinot noir est utilisé pour la production du vin tranquille rouge Pinot Noir, mais également pour la fabrication du célèbre crémant Rosé de Torgny. La production actuelle de plus ou moins 5.000 bouteilles (selon les années) est assurée par ce vignoble, une propriété communale. En 1986 puis 1990 furent plantés 1680 auxerrois, 1400 pinot noir, 400 pinot blanc, 400 chardonnay et 350 rivaner sur une superficie totale de 90 ares. En 2008, est survenue une nouvelle plantation de 540 pieds…

Il y a la possibilité de visite guidée de la cave pour groupes : explications sur le pressage, les méthodes de vinification, suivie de 4 dégustations de différents cépages (2 vins blancs, 1 pinot noir, 1 méthode traditionnelle).

Le Poirier du Loup. Drôle de nom pour un vignoble, me diras-tu. Il faut savoir que jadis, les loups vagabondaient en nombre dans la région. On avait l’habitude de les chasser et de faire pendre la tête de l’animal à un arbre, pour dissuader les autres bêtes de venir rôder. Le dernier loup tué dans la région fut pendu à un poirier, ici même.

Et puis il y a Torgny en contrebas, aux allures de petite Provence… Les maisons traditionnelles couvertes de chaux aux couleurs inhabituelles, ou même celles en pierre jaune de la région, te plongent dans un autre monde : celui des cigales et du sud et c’est absolument bluffant !

9. Pour la randonnée

La gaume abrite de nombreux sentiers de randonnée. Je te propose ici 28 idées de promenades bucoliques à travers champs, bois et villages. Fiches à télécharger ici. Tu trouveras aussi 7 grands itinéraires rando couvrant plus de 252 kms via le site https://randos.lorraine-gaumaise.com/fr/

Et puis il y a la fameuse Transgaumaise : 140 km de randonnée autour de la capitale de la Gaume, Virton, avec une incursion en Lorraine française. Elle se décline en six étapes de 20 à 25 km traversant des lieux chargés de sérénité, d’histoire ou de mystère.

Cartes topographiques en vente
à la Maison du Tourisme de Gaume à Virton – +32 (0)63 57 89 04.
Offre sur-mesure chez www.europaventure.be

10. Pour la Lorraine française toute proche

Si tu viens en Gaume, n’hésite pas à faire un crochet et passer en Lorraine gaumaise, toute proche. En quelques minutes tu peux profiter d’un agréable mariage entre l’esprit gaumais et le sol belgo-français lorrain, de paysages doux et chaleureux et d’un patrimoine architectural époustouflant !

On y découvrir notamment la citadelle de Montmédy avec son circuit dans les remparts ou ses musées. L’occasion idéale de découvrir ce qu’est une courtine, un bastion ou une casemate…

Il y a aussi Avioth et sa « basilique des champs » classée monument historique dès 1840. Elle te surprendra par ses dimensions : 41 m de long et 18 m de haut sous les voûtes, mais aussi par son architecture gothique impressionnante…

Alors, quand vas-tu en Gaume ?

Si cet article t’a plu,
n’hésite pas à le partager !


Cet article, ainsi que la vidéo, ont été réalisés en collaboration avec la Maison du Tourisme de Gaume. Merci à Gwendoline pour la précieuse aide apportée mais aussi sa confiance depuis plusieurs années. Mes propos restent cependant (et comme toujours) libres et sincères.

Loading Facebook Comments ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.