L’été dernier j’avais la chance de découvrir le massif du Vercors, une région montagneuse des Préalpes à cheval sur les départements de l’Isère et de la Drôme dans le sud-est de la France. Je te propose ici une inspiration de séjour composé d’activités variées et de bonnes adresse qui te permettront de découvrir un superbe territoire qui fait la fierté des habitants du Vercors. Tu es prêt(e) ? C’est parti !

Tout en restant humbles, j’ai senti que les Vertacomicoriens étaient assez fiers de leur région… et je les comprends ! Moi qui avait déjà eu la chance de parcourir celle-ci en mode rando entre potes il y a plus de cinq ans (clique sur le lien si tu veux une idée de rando de trois jours), j’avais déjà remarqué cette variété impressionnante de paysages et surtout la richesses de ces terres…

Les crêtes du balcon Est…

Car sans jamais me trouver en haute montagne (le point culminant du Vercors est de 2341 mètres d’altitude au Grand Veymont), j’y ai souvent ressenti le plaisir et la liberté que l’on peut avoir en franchissant les cols et sommets alpins plus escarpés.

Quand je repense aux paysages que j’ai pu apprécier dans le Vercors, ce sont simplement des sensations impérissables qui me traversent l’esprit…

Le massif du Vercors est situé à environs 150 kilomètres au sud-est de Lyon et à peine une heure de route de Grenoble.

www.inspiration-vercors.com

On y trouve une géologie principalement calcaire offrant un relief très particulier parfois qualifié de « Forteresse ». Le Vercors est en effet fait de hautes falaises (pouvant atteindre 400 mètres de hauteur), de longues crêtes, de vastes plateaux, de vaux ou de superbes gorges. Et puisque des images valent mieux que de mots, je t’invite à découvrir ce qui va suivre… 😉

Du Lac de Monteynard à l’alpage du Serpaton

Je suis en compagnie de Cécile (d’Inspiration Vercors pour qui je réalise ce reportage), Sophie du blog Yummy Planet, Pauline alias Madame Bougeotte, Gaëlle et Jeremy du blog Une Belge, un Français et Melissa de Mel Loves Travel. Notre première étape est le lac de Monteynard-Avignonet, dont l’eau turquoise m’impressionne.

Quand tu sors du train à Grenoble en venant de Belgique (environs 5h30 de TGV) et que tu roules à peine une petite heure depuis la gare, je peux te dire que tu ne t’attends pas du tout à tomber sur un tel joyau !

C’est ici aux portes du Trièves que les bleus se confondent et que l’endroit est un paradis autant pour les randonneurs que pour les amateurs d’activités aquatiques. Les rivages sont très agréables : on y trouve des petites plages aménagées, des endroits de pique-nique, des plaines de jeu et il est aussi possible de faire un tour sur le lac avec le bateau la Mira, chose que je n’ai pas faite. Tu trouveras toutes les infos ici.

Ce sont les eaux du Drac qui sont retenues artificiellement ici depuis 1963 pour former une étendue d’eau de 6,6km², long d’une quinzaine de kilomètres et large d’environs 300 mètres.

C’est évidemment en randonnée que j’ai parcouru une partie des abords de cette magnifique étendue turquoise en allant découvrir une des passerelles himalayennes qui ont été construites au dessus du lac. Oui tu as bien lu, je ne le croyais pas non plus au début mais ces fameuses passerelles existent vraiment et j’ai adoré les découvrir via le vaste réseaux de promenades qui traverse la zone du lac de Monteynard-Avignonet.

Devine qui a rebondi sur la passerelle pour effrayer les autres…

Pour la balade aller-retour vers la passerelle d’Ebron, je suis parti depuis le parking du lac (« Salette ») côté Treffort. Par le sous-bois et un sentiers aménagé, on accède à cette première passerelle en profitant de jolis panoramas sur le lac.
Durée environs 2h30 aller-retour
Distance 9km | Dénivelé + 100m
Tracé GPX.

Il y a également la possibilité d’effectuer une randonnée plus grande en prenant par exemple le bateau pour traverser le lac (6€, 30 min) et revenir en marchant en découvrant d’abord la passerelle du Drac et puis celle d’Ebron avant de revenir au parking.

Je découvre ensuite l’Alpage du Serpaton depuis le village de Gresse-en-Vercors, témoin d’une agriculture ancienne où les vaches laitières ont remplacé les moutons. Cette randonnée offre de jolis points de vue sur les crêtes et sommets voisins, dont le fameux Mont Aiguille que nous reverrons plus tard…

Ce moment hors du temps a pourtant une saveur amère et mélancolique : nous venons d’apprendre avec tristesse la disparition de notre amie blogueuse Amélia. Ce coucher de soleil depuis les alpages est tristement particulier. La beauté des paysage nous apaise…

INFOS RANDO

Départ
: Gresse-en-Vercors, près de l’église en direction du « Pas du Serpaton »
Durée : 3 heures, 6km, 400 D+
Où dormir et (bien) manger ? : Auberge Buissonnière, nourriture locale et souvent bio, très bon accueil d’Elodie & Hervé, chambres très confortables.

Randonnée et bivouac sur les hauts-plateaux

Le lendemain nous allons à la rencontre d’Alexandre notre guide et de Maxime accompagné de sa mule Souka. Ce dernier est muletier à la ferme de la Poulânerie spécialisée dans les randonnées avec les ânes et hébergements insolites dans le Trièves. Ils vont nous guider pendant 2 jours et une nuit sur les hauts-plateaux du Vercors à la découverte d’un environnement isolé et unique dans la région !

Je suis évidemment tout excité et à la fois perplexe. Cet animal est-il capable de porter notre matériel sans souffrir ? Nous démarrons notre randonnée depuis le foyer de ski de fond de Chichilianne « la Richardière ».

Le fameux Mont Aiguille que nous retrouvons, sommet emblématique du Vercors.

Nous montons le sentier assez raide du Pas de l’Aiguille vers la « Les Fourchaux », un haut lieu de la résistance. Nous faisons une pause à proximité de la Bergerie des Chaumailloux pour déguster des produits locaux amenés par nos deux sympathiques guides. On a même l’honneur de goûter le « vin paysan » de Maxime, étonnamment pétillant. Il semble fier…

Souka peine dans la montée, un peu comme nous tous. Maxime me rassure : le poids qu’elle a sur le dos est semblable à celui d’un adulte. Même si il est novice en la matière, l’animal a besoin de bouger, de prendre l’air, ce n’est pas un soucis pour lui !

Nous continuons ensuite vers les haut-plateau où nous nous enfonçons petit à petit. Cela devient vraiment sauvage. Cette roche aride me plait beaucoup et les vastes paysages commencent à se dévoiler franchement. C’est d’une telle beauté…

Conseil : emporte assez d’eau avec toi vérifie bien les emplacements de sources d’eau potable et l’état de celles-ci avant de partir randonner sur les hauts-plateaux. Ici il n’y a pas de cours d’eau et avec la chaleur, elles peuvent être taries. Un petit coup de téléphone à l’office de tourisme est toujours raisonnable et un passage sur ce site qui affiche des infos quasi en temps réel est un must !

Les falaises sont impressionnantes et on peut apercevoir le bassin de la Drome en contrebas. Attention de ne pas s’approcher trop près du vide. Il est primordial de rester sur les sentiers.

Nous continuons jusqu’au refuge du Pré Peyret où nous installons notre campement pour la nuit. Nous sommes au carrefour du GR91 et du GR93. Un endroit isolé et très tranquille malgré la présence d’autres randonneurs et une source presque asséchée. Maxime et Alexandre nous sortent encore le grand jeu avec un repas gargantuesque composé de produits locaux… Nous cuisinons ensemble une soupe. Un délice !

Après avoir joué avec mon appareil photo pour tenter d’observer la voie lactée cachée par les nuages, je rentre dans mon sac de couchage fatigué mais heureux après une très belle journée de randonnée…

C’est après une jolie rencontre que nous continuons notre randonnée le lendemain vers la But Sapiau et le Col du Rousset pour découvrir de vaste plaines et des falaises spectaculaires.

Un chamois lorgne la source dès le matin. Et il a raison, il fait très sec…

C’est ce Vercors là que je voulais voir, sauvage & authentique…

Une magnifique expérience avec Souka, Maxime et Alexandre !

Résumé pratique de l’itinéraire :

Départ du Foyer de Ski de Fond (Chichilianne) > sentier vers le lieu dit « Les Fourchaux » > sentier qui monte sur la droite jusqu’au Pas de l’Aiguille > Cabane des Chaumailloux (source) > refuge du Pré Peyret (source) > But Sapiau et station du Col de Rousset.

———————————————————-

Notre sympathique guide : Alexandre Servigne +33663224658 ou alexservigne@hotmail.com

Notre muletier : Maxime Poulat +334 76 34 70 59 / +336 74 28 11 21 ou lapoulanerie@orange.fr

D’autres idées de randonnées dans le Vercors : http://rando.parc-du-vercors.fr/

Trottinette de descente depuis le Col du Rousset

Descendre la montagne sur une trottinette tout terrain, quelle drôle d’idée ! Et bien après deux journées de randonnée sur les hauts plateaux, j’ai trouvé ça très amusant et plutôt reposant (même si certains passages sont plus techniques). 5 pistes de niveaux de difficultés différents sont praticables. 9 € par adulte. Plus d’infos ici. Pour les amateurs de sensations 😉

« Je n’ai besoin de personne en… » trottinette.

Où bien manger dans la région ?
Au restaurant de l’Auberge Le Collet, sans hésitation pour une nourriture généreuse et raffinée.

Que visiter dans la région ?
L’élevage de brebis de Laure & Igor à la ferme Bouclette et compagnie à Le Bard (Saint-Martin-en-Vercors). Visite, vente de fromage BIO et bonne humeur…
Tél.: +334 75 45 54 81

VTT électrique dans le Vercors

C’est dans les alentours d’Autrans et en compagnie de David de http://velectrip.com que nous avons la chance de nous promener en VTT électrique.

Oui, je suis un peu fainéant, mais c’est tellement amusant et surtout accessible ! Les moteurs de ces bolides nous sont d’une grande aide pour arpenter les sentiers rocailleux et parfois pentus de du Vercors. Même si j’aime la sensation de fierté et de récompense après un effort, profiter de la nature et de ses paysages ne veut pas toujours dire forcer comme un ours (je viens de l’inventer).

Nous avons en effet la chance de découvrir avec beaucoup d’aisance les somptueux plateaux de la Molière offrant un des plus beaux panoramas dans le Vercors.

Où dormir dans la région ?

Si tu passes par Autrans, n’hésitez pas à monter au Refuge de Gève. L’endroit est idyllique, au cœur du parc naturel du Vercors et du site nordique.

Pont-en-Royans et la grotte de Choranche

Nous continuons notre explorations du Vercors avec la découverte du village de Pont-en-Royans situé à la limite du massif, en Isère entre montagne et rivière.

Ce bourg médiéval est connu pour ses superbes maisons colorées suspendues au dessus de la Bourne mais aussi ses remparts et son pont. Il est d’ailleurs situé aux début des gorges du même nom !

Reflet dans la Bourne translucide…

Ce village perché fut jadis le point névralgique du commerce du bois dans la région.

BON PLAN :

Tu pourras apprécier la vue plus facilement depuis le pont ou la rive gauche. N’hésite également pas à aller te promener des les petites ruelles pittoresques… c’est juste magnifique. Tu peux aussi aller te poser sur la petite plage accessible face aux maisons suspendues.

L’Office de Tourisme Saint-Marcellin Vercors Isère propose également un plan balade patrimoniale de 36 pages au prix d’un euro. Sans oublier les visites guidées.

Que faire dans la région ?

Si il y a un truc que tu dois voir si tu passes par là, c’est la spectaculaire Grotte de Choranche. Amateur de spéléologie et du monde souterrain en général, j’ai été bluffé par cet endroit ! Pas étonnant tu me diras, elle est considérée comme une des plus belles de France. En toute honnêteté je n’avais jamais vu de pareille fistuleuses dans une cavité (stalactites très fines). Absolument magique !

Infos & tarifs ici

Où manger dans la région ?

Après la visite de la grotte, il ne faut pas hésiter à aller prendre une grosse dose de bonheur et de sérénité près de Gilles à la Cabane Café. Sans rire, ce mec est top !

Gille est un amoureux de la nature qui te proposera une escapade des sens dans un lieu unique qu’il a aménagé avec passion. Produits locaux, breuvages délicieux, rafraîchissements, bonne humeur et douceurs… Un vrai plaisir !

Tu pourras aussi aller te prélasser sur un des lits de pailles, découvrir ses petites cabanes, t’asseoir sur un des bancs pour profiter de la vue du Cirque de Choranche ou découvrir le petit parcours thématique sur le thème de l’abeille. Attention, tu ne voudras plus repartir…

C’est d’ailleurs sur ce moment agréable que nous terminons notre découverte du Vercors avec un brin de nostalgie…

je reprendrai le TGV de ValEnce vers Bruxelles avec de très agréables souvenirs qui rejoindront ceux que j’avais déjà de cette magnifique région !

Envie de plus d’inspiration ?

Mon matériel rando

Berghen Morillon Low
Short trekking montagne Forclaz TREK500
T-shirt mérinos Forclaz TREK500
Sac à dos Osprey Talon44
Veste trekking montagne Forclaz TREK500
Doudoune trekking montagne Forclaz TREK500

Mon matériel photo

Parce que de nombreux lecteurs me demandent avec quel(s) appareil(s) je réalise mes reportages…

Lumix LX100 (F/1.7)
Lumix GX8 + Panasonic G Vario 7-14mm F/4



Cet article a été rédigé suite à une invitation d’Inspiration Vercors pour découvrir la destination. Merci à Cécile et les partenaires pour l’organisation au top. Mes propos restent cependant (et comme toujours) sincères et libres.