Comme tu as pu le voir dans un précédent article, j’ai eu la chance de me rendre au Népal pour y effectuer un trek dans la chaîne des Annapurnas. J’ai également eu la chance de découvrir Katmandou et ses alentours. Si tu te rends au Népal, je t’invite à découvrir ce que tu ne dois pas rater !

Quand je me suis rendu au Népal il y a quelques mois, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. J’avais bien évidemment aperçu des images sur internet, dans des livres et à la télévision, mais il est difficile de s’imprégner avec quelques images… Découvrir un pays, c’est une chance. « Vivre » deux semaines au Népal, c’est un expérience unique, comme un rêve qui se réalise.

Katmandou, berceau du Népal.

Là où tout commence… Une fois sorti du Tribhuvan International Airport (situé à environ 6 km à l’est du centre de la ville), je suis chaleureusement accueilli par mon guide Amrit et Adrien de l’agence Base Camp Trek. C’est avec eux que je vais découvrir le Népal et quelques uns de ses trésors grâce à un programme varié et complet… Le premier est guide local culturel francophone mais aussi de trek, l’autre est stagiaire et vit ici depuis un mois.

Base Camp Trek

Je t’invite d’ailleurs à lire mon article consacré à cette agence francophone basée à Katmandou si tu comptes un jour t’y rendre, j’ai beaucoup apprécié collaborer avec eux.

Katmandou est la plus grande ville du Népal mais aussi sa capitale. Berceau du pays, la vallée située à environs 1350 mètres d’altitude compte trois villes majeures : Katmandou, Patan et Bhaktapur, ainsi que plusieurs agglomérations et petits villages. Elle est peuplée d’environ 1,5 million d’habitant.

L’ancienne ville de Katmandou est une vieille cité de briques (on en fabrique pas mal dans le coin) aux rues tortueuses et étroites et ornées d’édifices superbement décorés, d’époque et de style divers. On y trouve de nombreux temples à toits de bronze ou de cuivre doré. C’est aussi autour de ce noyau pittoresque que s’est construite une ville plus moderne. L’agglomération a donc fini par englober les localités voisines comme Patan, au Sud, et les sanctuaires de Swayambunath, à l’Ouest, de Pashupatinath et de Bodnath (Boudhanath), à l’Ouest.

Dès qu’on arrive en ville, on remarque donc un environnement plus ou moins urbanisé et bruyant. Les piétons, les vélos, les scooters et voitures se disputent plus ou moins tranquillement le passage à coup de klaxons. Une « anarchie maîtrisée », dirait-on. Des vaches « sacrées » déambulant tranquillement dans ce brouhaha incessant. Des tas d’ordures à ciel ouvert s’envolent à la moindre brise. Moi qui n’ai pas l’habitude des milieux citadins, j’ai franchement dû prendre sur moi… Katmandou est une ville pauvre qui souffre aussi d’insalubrité de l’eau potable, de nombreuses coupures de courant, de la vétusté de nombreux bâtiments et surtout de la pollution de l’air.

C’est pourtant ici que se mélangent de nombreuses traditions dans une cohue presque banale. Je sais que vu décrite comme ça je ne donne pas envie d’y aller, et pourtant…

malgré tout, cette ville parvient à me charmer.

On y trouve la sérénité une fois qu’on explore certains quartiers. L’hospitalité népalaise y est aussi pour quelque chose… Jamais je ne me suis senti exclu, malvenu ou en insécurité. Les gens sont gentils, avenants et souriants. Ils sont parfois prêts à partager leur vie quotidienne le temps d’une discussion plus ou moins compréhensible et avec le sourire. Bien sur il savent que le tourisme est primordial dans l’économie mais selon moi, la culture l’emporte sur l’aspect économique de la relation. Une fois que je me suis rendu compte de cela, je suis tombé sous le charme…

Je vais te donner quelques lieux intéressants à visiter si tu passes par Katmandou. Ces lieux sont la plupart sacrés et importants dans la culture népalaise.

Swayambhunath, temple des singes.

Tu trouveras d’abord à l’ouest de la ville le temple de Swayambhunath qui est un des joyaux de la ville et le plus saint des sites bouddhistes.

Dominant celle-ci depuis une colline dont on atteint le sommet via 365 marches en compagnie de nombreux singes ( n’oublie pas de protéger ton sac, tes objets de valeur), ce temple est l’objet d’une grande ferveur et on peut régulièrement y sentir les effluves d’encens et de lampes à beurre. Une ambiance unique.

On s’y sent bien et c’est magnifique…

Je me réjouissais de voir ces fameux drapeaux et ces moulins à prières, qui figurent parmi des symboles d’une culture… Le fait de tourner les moulins m’émeut et je suis envoûté par l’endroit.

Patan, l’une des citées impériales.

Ce quartier est un coup de cœur lors de ma visite de Katmandou.

Situé de l’autre côté de la rivière, Patan (ou Lalitpur, la  « cité de beauté ») qui était autrefois capitale et ville d’art est une mêlée de petites ruelles magnifiques dans lesquelles on peut y admirer de nombreuses maisons de briques aux balcons de bois sculpté et décors de bronze ou des cours abritant des temples.

Patan est considérée comme le cœur de la religion bouddhiste et de la culture hindoue. J’ai pu y admirer des statues dorées, des pagodes, des édifices somptueux et fièrement rénovés après les malheureux événements sismiques de 2015…

Face au palais royal du XVIe siècle, Durbar Square (qui est le centre de la ville) est une merveille architecturale où l’on retrouve aussi le temple aux mille bouddhas et le temple d’or, des cours et d’anciens bâtiments reconvertis en musée.

Un lieu tout simplement enchanteur.

Dans le quartier des orfèvres, j’ai même pu y rencontrer un maître des « bols chantants », utilisés pour soigner les maux.

Bodhnath, le majestueux Stupa

J’ai apprécié me rendre à l’est de Katmandou
pour admirer ce magnifique sanctuaire bouddhiste classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dès qu’on arrive sur la place, on est frappé par la magnificence de cet édifice. C’est grand, c’est beau et très coloré avec sa flèche dorée et ses milliers de petits drapeaux multicolores étendus de son sommet jusqu’au sol.

Les gens en font le tour (dans le sens des aiguilles d’une montre) pour prier. Ils accomplissent « la kora » rituelle en faisant tourner les moulins à prières renfermant les paroles sacrées « Om Mane Padme Um ». J’ai fais 3 tours, j’ai observé, je me suis assis, j’ai regardé les gens.

Je fais partie des curieux qui se mêlent aux croyants dans une douce déambulation encrée dans le respect.

Car cette ambiance solennelle est à la fois impressionnante et apaisante. Le soir, on y allume des bougies, des milliers de bougies, en hommage aux défunts. Une pensée agréable pour mes grands parents me traverse l’esprit. Je m’en souviendrai longtemps de ce stupa…

Pashupatinath, lieu sacré hindou.

Je me suis également rendu dans le plus important site hindou du Népal. Je n’ai par contre pas fait de photo tellement j’étais absorbé par l’endroit. Car ici aussi, l’ambiance est solennelle.

Après avoir payé un droit d’entrée dans l’enceinte du parc, nous nous promenons en compagnie des singes. C’est aussi très joli. Il y a un temple important dédié à Shiva. Je ne peux pas y entrer et je suis aussi obligé de rester de l’autre côté de la rivière Bagmati pour apercevoir les scènes locales et l’architecture typique des temples hindous. J’observe aussi quelques secondes le lieu de crémation des corps au bord de la rivière, sans trop m’y attarder par respect pour les familles attristées.

Des Sâdhu se réfugient dans des édifices et se laissent volontiers prendre en photos contre quelques pièces, afin de survivre. Je les trouve magnifiques.

Ces personnes ont renoncé à toute attache de la vie matérielle pour se consacrer uniquement à leur quête spirituelle.

Bhaktapur, la cité médiévale.

J’ai également la chance de découvrir de fond en comble la magnifique cité médiévale admirablement bien conservée et située 13 kilomètres à l’est de Katmandou.

Il faut savoir que jusqu’au XVIe siècle , la ville dominait politiquement et économiquement tout le Népal. Elle a maintenu cette position jusqu’à la conquête gorkha (des unités des armées britanniques et indiennes recrutées au Népal). Depuis ce temps, Bhaktapur a toujours constitué un monde à part avec une féroce indépendance économique…

On peut y observer de somptueux monuments historiques témoignant de la puissance de l’ancienne cité Newar.

Il est ici impossible de manquer la quantité impressionnante de temples dispersés à chaque coin de rue. Certaines scènes de Little Buddha de Bertolucci y ont d’ailleurs été filmées.

En se promenant dans la rue, on a la chance d’assister aux préparatifs du nouvel an népalais. Les gens sont joyeux, l’ambiance est à la fête et on assiste aux offrandes.

J’adore observer ce genre de moments…

Guidés par Amrit, nous n’hésitons pas avec Adrien à pénétrer dans les ruelles pavées de briques rouges caractéristiques pour admirer des boutiques d’artisans et d’artistes. Une dame curieuse nous regarde depuis sa fenêtre, je fais partie des rares touristes qu’elle aime probablement observer.

Nous mangeons aussi un délicieux repas dans un petit restaurant (quelques tables, dans banc et un comptoir devant une mini cuisine) pour moins de 300 roupies (2,5 €).

J’espère t’avoir donné envie de découvrir ces perles de la vallée de Katmandou grâce à ces fragments de moments mémorables.

N’hésite pas à contacter l’agence Base Camp Trek pour plus d’information ou pour bénéficier d’un programme personnalisé afin de faire de ta venue au Népal une aventure inoubliable !


Cet article a été rédigé dans le cadre d’une collaboration avec l’agence Base Camp Trek. Mes propos restent cependant (et comme toujours) libres et sincères.