Perle du Yunnan, fierté chinoise et patrimoine mondial culturel et naturel, je ne pouvais pas te parler de mon voyage dans le sud-ouest de la Chine sans faire un zoom sur ces fabuleuses rizières en terrasses. C’est aussi un de mes coups de cœur de ce voyage…

Attention, les prochaines photos risquent vraiment de te donner envie d’y aller… Te voilà prévenu(e) 🙂

rizières en terrasse Yuanyang

C’est après la visite de Kunming et de la forêt de pierre que je t’emmène en terres Hani. Les Hani sont l’une des 56 minorités ethniques vivant en Chine. Ils étaient environ 1,5 million à la fin du vingtième siècle. Plus de 90 % des Hani vivent essentiellement dans les vallées situées entre les fleuves Lancang et Yuanjiang avec les Yi et le peuple Dai.

Mais ils sont également très nombreux dans les provinces montagneuses du nord du Laos, ainsi qu’en Birmanie.

C’est cette diversité culturelle qui fait de cette jolie région du Yunnan

une terre exceptionnelle à découvrir…

Ambiance onirique sur les hauteurs de Yuanyang.

Les rizières

Accès depuis Kunming en voiture : +- 7h de route
à adoucir par exemple avec la fameuse Forêt de Pierre.

La montée est longue et sinueuse… On passe des plantations de bananiers aux forêts plus denses, pour traverser de nombreux petits villages des minorités Dai. N’hésite pas à t’y arrêter pour y manger un bout… ces endroits qui respirent l’authenticité et l’accueil y sera toujours chaleureux !

C’est d’ailleurs après un repas sur la route dans un petit restaurant où nous sommes arrivés à l’improviste à 21h30 (assez tard pour des Chinois) et où nous avons mangé (et bu) comme des rois, que nous arrivons finalement à Shengcun. (Droit d’entrée dans la région : 100RMB par personne, oui tout se paie en Chine ! ) Il est tard et ne voyons rien des alentours… Nous irons donc dormir fatigués de cette longue journée dans un nouvel hôtel du village (dont le je parle après).

Le lever de soleil du lendemain est l’apogée de cette ascension presque pesante de la veille… Pendant que les autres membres du groupe se rendent en voiture jusqu’au point de vue de Duoyishu, je m’installe tranquillement en bas de l’hôtel pour profiter du spectacle. Quelques minutes après avoir été réveillé par des chants traditionnels diffusés sur haut-parleurs dans les rues du villages qui invitent les enfants à aller à l’école, j’assiste à un spectacle unique.

Les premières lueurs du jour sur les rizières…

En quelques minutes, le soleil tente d’émerger de l’horizon pour se frayer un chemin à travers les nuages… Il dépose son voile orangé et adoucit l’air. Les enfants observent mon matériel photo avec beaucoup de curiosité. Je m’en donne à cœur joie pour leur montrer les images.

Vue aérienne du village de Shengcun, au cœur des rizières. Un villageois m’interpelle avec douceur (en bas à gauche) sur la terrasse bétonnée, il admire sur l’écran de la télécommande du drone le paysage dans lequel il vit depuis des années et qu’il n’a jamais vu d’en haut… Un moment de partage, une rencontre unique comme j’en ai souvent eu dans ce pays.

Mais le spectacle est tout aussi joli d’en bas…

Je suis impressionné par la configuration de ces rizières façonnées à la main au cœur de la montagne. Chaque étage est installé de manière réfléchie et presque symétrique… Une sorte d’ordre dans un somptueux chaos.

En 1995, un anthropologiste français a d’ailleurs déclaré que les rizières en terrasse des minorités Hani étaient l’oeuvre de vrais artistes ! Je comprends mieux une fois devant…

Le district de Yuanyang possède plus de 11300 ha de rizières en terrasse.

Un villageois au travail…

Quelques randonnées sont à faire dans la région. Nous avons emprunté un itinéraire balisé depuis le village de Shengcun jusqu’au point de vue de Ba Da (qui n’a absolument rien de « Badass » 😀 ). En effet je n’ai rencontré aucune difficulté technique lors de cette jolie randonnée qui m’a fait découvrir le cœur des rizières…

Il faut savoir qu’il existe trois zones principales pour pouvoir admirer les rizières et profiter de points de vue (plateformes aménagées) pour les quelques touristes : Laohuzui, Duoyishu et Bada.

Point de vue de Ba Da

Ces lieux sont payants et gérés par le gouvernement. Malheureusement je suis prêt à parier que les locaux qui travaillent dans les rizières ne voient pas la couleur de l’argent généré par les accès…

Quoi qu’il en soit ces endroits sont chouettes mais rassure-toi, il existes d’autres lieux (moins, voire pas aménagés du tout) tout aussi jolis pour profiter des panoramas sur les rizières en bord de route notamment.


Les villages et les marchés

Comme je te le disais, le Yuanyang est peuplé de trois minorités ethniques principales : les Dai, les Yi et les Hani. Les marchés de villages sont les lieux de rendez-vous habituels des locaux et l’endroit rêvé pour une immersion dans la Chine authentique.

C’est à Niujiaozhai (appelé aussi village Corne de bœuf) que nous avons pu voir le hall où les habitants cuisinent et prennent leur repas. C’est un moment simple de la vie de tous les jours, chaleureux et très agréable à observer.

Ces scènes de vie sont de véritable trésors…

Le mélange de couleurs m’envoûte, la confusion d’odeurs réveillent mes papilles et la bonne humeur des gens me séduit.

Attend-toi cependant a être souvent dévisagé mais jamais avec malveillance. Il s’agit uniquement de curiosité, surtout de la part des plus petits moins habitués à rencontrer « nos yeux ronds » d’Européens… Ces enfants sont d’ailleurs magnifiques !

Te promener dans les marchés te donnera probablement faim… ou pas. Si ton estomac n’est pas bien accroché, il faudra parfois fermer les yeux… J’ai personnellement apprécié cette dose d’authenticité absolument prenante jusque dans l’assiette. Encore une fois on mange épicé, très épicé… mais il suffit de demander moins de piment dans la préparation et le cuistot peut s’adapter avec un léger sourire…

Nous découvrons ensuite Niuxin où se déroule la fête annuelle de l’ethnie Dai. On a pu y admirer les costumes de différentes familles et profiter d’une ambiance unique avec un accueil chaleureux. Nous étions les seuls touristes…

Pour terminer notre découverte, nous avons été mangé dans une famille Yi pour ensuite profiter d’un petit spectacle de danse traditionnelle.


Où dormir dans la région du Yuanyang ?

Nous avons séjourné au nouvel Hôtel Twelve Manor. Niché au cœur des rizières, cet établissement raffiné contraste avec l’ambiance rurale du village avec l’impressionnante tendance de ne jamais dénoter. La décoration est juste magnifique, les matériaux utilisés sont chaleureux et varient entre modernité et éléments naturel. Les chambres sont très confortables et l’accueil très chaleureux. L’endroit idéal pour les personnes qui veulent se faire plaisir (prix par nuitée : environs 750 RMB/100€) et découvrir les rizières dans un cadre exceptionnel !

Quand on voit la vue de la salle de bain d’une des chambres suites, qui n’aurait pas envie de craquer ? 😀

Spécialités locales

Gourmand que je suis et étant dans la région du riz, impossible de ne pas te parler du terroir gastronomique… C’est dans le Yuanyang que nous avons pu déguster les fameuses nouilles de riz… Je peux te dire que même au petit déjeuner, ça passe très bien !

Nous avons également goûté le poisson pêché dans les rizières (90 RMB/pers.) et la viande locale, le tout cuit au barbecue et servi sur les feuilles de bananiers. Ce repas était absolument divin…

Et puis il y a la fondue chinoise (88 RMB/pers.), ma préférée. Conviviale et savoureuse, elle est très populaire en Chine. Le bouillon chauffé au charbon accueillera toutes sortes de viandes, légumes, plantes, tofu et champignons. Un délice !

Merci à l’Hotel Twelve Manor pour ces belles découvertes. On en a pris plein la vue et plein les papilles…



Cet article a été rédigé suite à une invitation pour un voyage au Yunnan par China Roads. Merci à eux pour leur confiance. Mes propos restent cependant (et comme toujours) libres, honnêtes et objectifs.