Cet hiver j’ai eu l’occasion de découvrir Paradiski, le domaine skiable situé dans les Alpes françaises au cœur de la vallée de la Tarentaise. Il regroupe trois grandes stations ayant chacune leur caractère : Les Arcs, Peisey-Vallandry et la Plagne. Cela représente au total environ 425 km de pistes et cela en fait le deuxième plus grand domaine skiable relié au monde ! Voici mon expérience…

Le domaine Paradiski

Cela faisait longtemps que je souhaitais me rendre en Tarentaise pour découvrir Paradiski. J’avais en effet déjà eu l’occasion de rencontrer plusieurs représentant(e)s de la région lors d’événements, en particulier Séverine qui travaille pour La Plagne. Tout est parti de là. Puis on s’est dit : « Et si tu venais découvrir le domaine Paradiski, dont La Plagne fait partie ? Tu pourrais alors évoluer d’une station à l’autre en autonomie et explorer chacune des facettes de celles-ci et ensuite raconter ton expérience chez nous ! » J’ai évidemment accepté…

En effet les trois stations savoyardes sont reliées par un des plus grands téléphériques du monde : Le Vanoise Express. Il permet de relier les domaines skiables de Peisey-Vallandry/Les Arcs et de la Plagne en un peu moins de 4 minutes. En réalité si on prend toutes les petites stations, Paradiski regroupe 6 stations de ski : Bourg Saint-Maurice, Les Arcs (Arc 1600, 1800, 1950, 2000), La Plagne (Montchavin-Les Coches, Champagny-en-Vanoise, Plagne-Montalbert, Plagne Centre, Plagne Aime 2000, Plagne 1800, Plagne Soleil, Plagne Villages, Plagne Bellecôte, Belle-Plagne, Aime La Plagne) Vallandry Plan Peisey, et Villaroger.

En quelques chiffres, Paradiski c’est :

  • 425 km de glisse pour tous les niveaux,
  • 264 pistes de 3250 à 1200 mètres d’altitude,
  • 17 espaces ludiques (pistes de luge, snowparks, 3 boardercross, …),
  • 130 remontées,
  • 2 glaciers équipés,
  • 3 sommets à plus de 3000 mètres d’altitude,
  • Plus de 2000 mètres de dénivelés skis aux pieds entre l’Aiguille rouge et Villaroger,
  • 70% du domaine situé à plus de 2000 mètres d’altitude complétée par 626 canons à neige.

Comme je te le disais, chaque station a son caractère et ses spécificités. En passant d’une à l’autre presque skis aux pieds, j’ai pu me rendre compte de la richesse du domaine et de la diversité des activités proposées.

La Plagne

Accompagné de mon cousin François, je commence mon voyage sur le secteur de La Plagne et je suis directement séduit par le charme savoyard authentique de la région. Notre arrivée à Champagny le Haut y est probablement pour quelque chose…

En effet ce vallon isolé et sauvage est situé à 1500m d’altitude et bénéficie du statut de site naturel classé depuis 1992. Il est caractérisé par ses hameaux traditionnels groupés et est une des portes du Parc national de la Vanoise. Le cadre naturel remarquable au pied de sommets tels que la Grande Motte et la Grande Casse me mettent directement dans l’ambiance montagne et me donnent envie de grimper là-haut…

Et cela tombe bien car j’ai l’opportunité de tester l’escalade sur glace sur une tour de plus de 22 mètres de hauteur. En compagnie de Damien Souvy (guide de haute montagne) j’enfile un harnais, je chausse des crampons et je mets un casque pour dans un premier temps assister à quelques explications et puis commencer à grimper…

« Détendez-vous ça va bien se passer ! »

Ce n’est pas la première fois que je teste l’escalade sur glace mais j’avais oublié à quel point c’était particulier comme activité. Cette discipline demande à la fois puissance, endurance et précision. Comme en escalade traditionnelle, chaque mouvement compte, chaque effort est calculé, on s’économise, on joue avec les détails, les interstices de la glace. L’activité est cependant adaptée aux débutants car chacun y va à son propre rythme et il n’y a aucun danger (âge minimum 10 ans).

L’impressionnante tour de glace du site nordique est régulièrement le théâtre de compétitions internationales et notamment du tournois givré la Gorzderette, sous le slogan « Détendez-vous ça va bien se passer ! » Cette année elle a aussi eu l’honneur d’accueillir la Coupe du Monde d’Escalade sur Glace. J’ai d’ailleurs eu la chance de croiser les frères Ladevant pendant leur entrainement. L’un est champion du monde et l’autre quatrième ! Balaises les cocos…

Tarifs : 50€ /personne / 45€ /personne à partir de 4 personnes et plus.
Prêt du matériel inclus. Du 20/12/2022 au 16/03/2023, tous les mardis et jeudis.
Sous réserve d’englacement ou de bonnes conditions de la glace.

Infos & réservations

Où dormir à Champagny en Vanoise ?

Comme souvent je te conseille de vivre l’expérience de la nuit en refuge. C’est l’occasion de découvrir la vraie ambiance de montagne. Le refuge du Bois est l’endroit idéal pour cela, au cœur du vallon de Champagny le Haut. La salle du restaurant nous plonge dans une ambiance particulièrement chaleureuse, à mi chemin entre brocante et refuge d’altitude. C’est particulier et cela me rappelle nostalgiquement la déco de chez ma grand mère. On y passe la nuit en dortoirs cloisonnés pour un meilleur confort. Ces « boxes » (cabines fermées par rideau) sont composés de 4 couchettes individuelles superposée (couettes et taies d’oreillers fournis). Je te conseille d’apporter ton drap-sac.

Coup de cœur pour la fondue aux cèpes…
Dans un cadre pareil, c’est absolument divin.

Infos & réservations

Après une bonne nuit de sommeil nous prennons la navette (gratuite) depuis Champagny le Haut pour descendre vers le village, louer le matériel et commencer ma découverte de la Plagne à skis. Je suis en compagnie de Xavier Bronner, moniteur à l’ESF de Champagny-en-Vanoise (situé juste à côté de la télécabine). Il nous fait découvrir une partie des 225 kilomètres de piste de La Plagne dans une ambiance particulièrement onirique, entre rayons de lumière et mer de nuages.

C’est à ce moment que la montagne montre ses plus belles facettes…

La télécabine qui assure la liaison avec le domaine skiable de La Plagne et de Paradiski nous amène à 1970m d’altitude. Au sommet on a le choix entre plusieurs pistes vertes et bleues, idéales pour les débutants. Les skieurs avertis préféreront la piste rouge des bois ou la piste mythique du Mont de la Guerre.

Avec une visibilité réduite, nous faisons un arrêt au Chalet du Plan Bois – Chez Laurette, sur le secteur de Montchavin-Les Coches. L’endroit est à la fois isolé et presque atypique dans une station de ski (pourtant à 100 m des pistes).

Ici, chaque pièce du chalet familial sert de salon pour les invités, elles deviennent alors des espaces intimistes et uniques dans un cadre typiquement savoyard. On y vit une expérience à part entière à l’abris de la cohue des restaurants d’altitude. La sympathique patronne Isabelle nous offre avec ce restaurant une partie de son enfance et cela se sent. L’accueil chaleureux, la décoration, l’ambiance, tout y est… La cuisine du chef Florian est authentique, élaborée avec des produits du terroir et servie dans les règles de l’art. Le feu de bois me réchauffe, la lasagne maison me met K.O. Un pur délice, agrémenté d’une douceur et d’une gentillesse de la patronne Isabelle qui font qu’on n’a plus envie de repartir…

Voici une adresse coup de cœur à ajouter à ma liste !

Infos & réservations

Après quelques descentes digestives (et je ne parle pas du Génépi) , j’arrive en fin de journée au Chalet du Friolin, situé à 1800 m d’altitude, directement sur les pistes. C’est dans ce paradis isolé dans la vallée des Bauches de Montchavin que je vais passer la nuit… et ce n’est pas pour me déplaire !

L’accès se fait en effet directement par les pistes en venant du domaine Paradiski – La Plagne, ou par une piste venant du village (à pied ou avec un des véhicules du chalet). Cette particularité en fait un lieu calme, isolé et unique dans la station, surtout quand les remontées son fermées en fin de journée. On est au milieu de nulle part et j’adore ça ! J’ai particulièrement apprécié l’accueil, le délicieux repas, le sauna après-ski et le confort de la jolie chambre.

Infos & réservations

Le lendemain, un membre du personnel du chalet nous redescend dans le village de Montchavin à bord d’un des véhicules à chenilles. Aujourd’hui, on met les skis de côté et on va faire une session de cani rando. Le principe est simple, il s’agit de se balader accroché à un chien qui ne demande qu’une chose : avancer !

Je rencontre Steve qui me présente ses chiens mais surtout les réflexes à avoir face à l’animal. La petite session théorique est intéressante et permet vraiment de découvrir les valeurs de l’activité cani rando, de connaitre davantage l’esprit et apprivoiser comme il se doit notre compagnon de balade.

Le chien qui m’est attribué, Rjianook, est le plus puissant mais aussi le plus intelligent de la meute. « Comme par hasard » me diras-tu… Ou pas. Il accélère sur simple demande, s’arrête directement, connait sa gauche et sa droite… Impressionnant ! Il est limite plus réactif que certains de mes élèves…

Moi qui adore les animaux, j’ai adoré cette activité qui demande quand même une bonne condition physique. Il faut dire qu’ils avancent ces gros toutous ! Il est également possible de le faire en raquettes, quand les conditions d’enneigement le permettent.

Tarifs : Adulte : 35 € / Enfant (8-12 ans) : 25 €.
Du 24/06 au 02/09/2023, tous les jours sous réserve de conditions météo favorables.
Infos & réservations

Après la balade je vais un peu explorer le petit village de Montchavin avec ses jolis chalets parés de bois et de pierre, une ferme toujours en activité, la chapelle, la centre village piéton… Au delà du domaine skiable de qualité et varié, c’est aussi une des richesses de La Plagne qui a su garder son charme savoyard et ses valeurs. Les 11 sites de La Plagne permettent également de choisir l’ambiance dans laquelle on veut séjourner, notamment en famille dans des villages labellisés Famille plus.

Il est temps maintenant d’emprunter le téléphérique Vanoise Express pour passer de l’autre côté de la vallée, vers Peisey-Vallandry. C’est impressionnant de voir comme on peut passer d’une station à l’autre en si peu de temps. Il faut savoir qu’il s’agit de l’un des plus grands téléphériques du monde. Chacune des 2 cabines à 2 étages peut emporter 200 personnes. Le téléphérique traverse la vallée du Ponturin pratiquement à plat et sans pylône intermédiaire à une vitesse de 45km/h (record mondial). La traversée s’effectue alors en moins de 4 minutes.

Peisey-Vallandry

Peisey-Vallandry, c’est un peu le profil de destination de montagne que j’apprécie particulièrement : authentique, engagée (label Station Verte depuis 2016), qui regorge de jolis paysages, d’habitants sympathiques, d’un patrimoine culturel riche, d’une nature abondante (il n’est pas rare d’y observer le bouquetin ou le gypaète barbu) et sur lequel de nombreuses activités sont proposées. Le terroir, le savoir-faire et les traditions sont également des valeurs bien présentes sur Peisey-Vallandry.

Une fois sur place, je découvre d’ailleurs (oui je suis gourmand) le restaurant Le Petit Hibou situé au site nordique, aux portes du Parc National de la Vanoise. Forte de ses nombreux voyages, la cheffe du restaurant propose une cuisine moderne et différente de celle qu’on trouve habituellement en Savoie.

Sa carte est en effet inspirée par ses expériences culinaires aux quatre coins du monde et cela se sent. C’est original (pour ne pas dire osé), équilibré et savoureux. Je te conseille aussi de gouter la bière artisanale : une pure merveille…

Une belle découverte !
Infos & réservations

Après un si bon repas, il serait peut-être bien d’aller un peu dehors et faire un peu d’activité physique, tu ne crois pas ? 🙂 Steeve (alias « Bistou Montagne ») nous attend justement avec les raquettes pour aller crapahuter et nous faire découvrir l’activité « Man vs Wild ». Je te le disais, c’est ce genre d’activité au cœur de la nature qu’on ne trouve pas beaucoup ailleurs et j’aime ça !

Il s’agit d’une initiation aux techniques permettant de vivre
adéquatement dans un milieu sauvage.

Orientation, étude des traces d’animaux, allumer un feu,
construire un abris, voilà le genre de choses que j’adore
et dont je ne me lasserai jamais d’apprendre !

Bistou Montagne organise de nombreuses sorties sur différents thèmes,
selon les désirs et goûts de chacun(e)s,
je te conseille donc de le contacter si tu passes dans le coin !

Plus d’infos & réservation

On enchaine ensuite avec la visite de la ferme du GAEC Alpin, située juste à côté. Il s’agit d’un regroupement de 2 fermes familiales locales. Sur les hauteurs juste avant les alpages, on découvre une exploitation de taille relativement importante pour la région mais bien adaptée et ancrée dans son territoire « grâce à une production en AOP et un respect de son terroir, des traditions ancestrales et de son environnement ».

Amateur de terroir que je suis et ayant travaillé à la ferme pendant ma jeunesse (j’ai trait les vaches pendant 2 ans tous les matins d’été), je suis comblé. S’en suit une visite de la laiterie un peu plus bas, là où la magie opère, où le lait se transforme en Beaufort, là où les savoir-faire ancestraux se transmettent de génération en génération.

Car à la montagne, on ne fait pas que skier
et c’est comme ça que j’aime découvrir les choses !

Cette visite m’a donné l’eau à la bouche et cela tombe bien car une table est réservée dans une des plus belles adresses de la station : La Table d’Emma. Situé plus exactement à Plan Peisey, ce restaurant propose une cuisine raffinée entièrement faite maison avec des produits en circuit (extra) court de qualité et de saison. Ajoutons à cela une jolie carte de vins (merci d’ailleurs à François pour la délicieuse bouteille de Côte-Rôtie) et on a tous les ingrédients pour passer un merveilleux moment gastronomique !

On me l’avait vanté et j’ai pu constater par moi-même :
en effet ici on prend le temps de cuisiner et cela se goûte !
Un nouveau coup de cœur lors de ce reportage, assurément.
Réservation

Il est temps d’aller skier ! Nous découvrons le lendemain le domaine de Peisey-Vallandry en empruntant la nouvelle télécabine Vallandry qui permet en quelques minutes de relier le front de neige à un nouvel espace situé à 2138 mètres d’altitude. Arrivé au sommet, le skieur débutant peut s’initier aux plaisirs de la glisse en toute sécurité au sein d’un nouvel espace de progression dédié.

Les skieurs plus habitués pourront prendre une des 9 pistes rouges aux doux noms d’animaux ou plantes de la montagne. Nous avons pris également beaucoup de plaisir sur une la noire qu’on appelle « Les Bosses ». J’ai rarement été aussi à l’aise sur une noire, je m’améliore ! 🙂

Le nouvel espace (construit durablement) permet aussi de se poser en terrasse face aux sommets, de prendre le temps, de contempler, de s’installer confortablement pour sortir le pique-nique, de s’offrir un des produits issus des producteurs locaux aux distributeurs, d’utiliser les sanitaires et même d’aller remplir sa gourde gratuitement à la fontaine ! C’est génial !

Une partie de l’espace est également dédié au patrimoine local avec une exposition d’objets anciens, des vêtements d’époque, etc. On sent que les traditions sont ancrées et font partie intégrante de la région…

La nature est également mise à l’honneur avec le nouveau Muséum des Animaux de Montagne, dont l’accès est totalement gratuit. Imaginé et réalisé en étroite collaboration avec le Parc national de la Vanoise, le domaine s’est lancé le défi de la création d’un véritable musée en altitude. Cet espace ludique unique est un lieu de découverte et de sensibilisation de l’écosystème de montagne. On entend le chant des oiseaux, on peut découvrir des traces, deviner des textures, reconnaitre certains cris et admirer les statues des animaux récupérés. Je conseille sincèrement de découvrir l’endroit qui ravira autant les petits que les plus grands

Il est midi et nous découvrons le restaurant d’altitude « La Fragola di Neve » situé sur les pistes. Cet adresse réputée sur le domaine mêle à la fois la cuisine italienne (le chef Paolo est originaire du Piémont) avec ses pâtes fraiches maison et la cuisine savoyarde traditionnelle. On a même pu aller jeter un œil dans les ateliers, là où sont fabriquées les pâtes fraiches et les salaisons.

En bas on peut commander au self une cuisine rapide et savoureuse, en haut des plats plus élaborés dans un véritable restaurant. Et je peux t’assurer que la qualité des produits vaut le détour… Mamma !

Réservation

Après quelques jolies descentes l’après-midi, nous passons du côté des Arcs
et allons entamer la dernière partie du séjour…

Les Arcs

Les Arcs, c’est 5 sites, 5 esprits, 5 ambiances :

Bourg-Saint-Maurice : ambiance savoyarde, artisanat local et tradition gastronomique.
Arc 1600 : le site originel convivial et chaleureux, à l’architecture innovante.
Arc 1800 : shopping, dancing, cocooning avec un panorama de 360° sur le Mont-Blanc.
Arc 1950 : charme, prestige et volupté… une ambiance festive et chaleureuse et des animations en continu.
Arc 2000 : ADN sportif et enneigement garanti, tant pour les débutants que pour les plus exigeants.

En séjournant sur Les Arcs 1600, on bénéficie d’une nuit reposante dans un sympathique hôtel : L’Arcadien***. L’accueil y est convivial et nous profitons du sauna et du bain nordique pour nous détendre avant la journée du lendemain qui s’annonce sportive et pleine de sensations…

En effet dès le matin nous rencontrons Harvey, moniteur à l’ESF Arcs 1600. Il nous emmène découvrir le vaste domaine skiable et on en prend plein la vue des les premiers virages… Skier aux Arcs, c’est vivre l’expérience de ce qui se fait quasi de mieux en France en la matière : profiter des remontées mécaniques récentes, des pistes bien exposées, larges et damées comme un billard et surtout… (je parle pour moi car je ne m’en lasse pas) une vue magnifique sur le Mont Blanc. Plus de 100 pistes pour tous les niveaux totalisant jusqu’à 200 km de pistes balisées. Et pour couronner le tout, le dénivelé offert par le domaine skiable des Arcs est l’un des plus importants d’Europe avec pas moins de 2026 m !

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises quand Harvey nous conduit à 2700 mètres d’altitude à l’arrivée du télécabine Varet. Là-haut est installée la fameuse Tyrolienne de l’Aiguille Rouge… Tu sens venir le truc ?

Facile d’accès pour les piétons comme pour les skieurs, elle permet de s’élancer à plus de 130km/h pour une descente d’1,8 km de long.  Avec François, je peux t’assurer qu’on a littéralement pris une pure dose d’adrénaline ! 3,2, … c’est parti ! (oui, il n’a pas compté le 1, juste pour nous surprendre)

A partir de 35 € par personne.
Infos et réservations

Remis de nos émotions, nous continuons la journée avec des descentes plus ou moins techniques dans des conditions de neiges exceptionnelles. Il faut dire que 7% des pistes est à plus de 2000 m d’altitude…

Nous empruntons ensuite le téléphérique de l’Aiguille Rouge pour monter en quelques minutes à 3226 mètres d’altitude et atteindre le point culminant du domaine ! De là, on peut presque aller toucher les sommets voisins, surtout en s’aventurant sur l’impressionnante passerelle panoramique qui offre un panorama exceptionnel sur les massifs alpins, la Réserve Naturelle Nationale des Hauts de Villaroger et le Parc National de la Vanoise.

En redescendant, nous passons découvrir Les Fresques Lumineuses de l’Aiguille Rouge. Honnêtement, cela ne m’attirait pas mais ma curiosité me fait parfois de jolies surprises. Après avoir payé une petite entrée (3 à 6 €, offert pour les enfants) et passé une petite porte, on accède aux 500m² du garage d’une remontée mécanique. Intrigant, n’est-ce pas ?

Je confirme… mais directement je comprends dans quoi je mets les pieds une fois à l’intérieur.

Ce lieu insoupçonné m’offre un spectacle audiovisuel impressionnant, poétique et je suis littéralement émerveillé par cette épopée au fil des saisons. Et si tu veux tout savoir, j’en ai eu les poils hérissés !

Réservation

De retour à skis, nous continuons cette journée pleine de surprises. La sensation de glisse vers l’infini face au géant blanc est enivrante, comme si les pistes ne s’arrêtaient jamais… Sans nous en apercevoir, nous vivons là nos derniers moments sur les spatules du séjour.

Images : Trekking et Voyages – Musique : Enya

De retour à Arc 1600 nous avons l’occasion d’aller manger dans un petit restaurant au cœur de la station : Le Geneux. La philosophie du chef pour le travail bien fait se retrouve dans ses plats. Une petite carte, des produits frais et locaux, un service extrêmement sympathique. Je recommande !

Nous achevons finalement notre séjour à Bourg Saint-Maurice et séjournons à l’Hôtel Base Camp Lodge. L’établissement propose plusieurs gammes d’hébergements tout en veillant à mettre un point d’honneur à la convivialité. Les espaces communs sont en effet ouverts, propices aux échanges et aux partages. On a d’ailleurs l’occasion d’y prendre un apéro face au DJ qui distille une musique lounge agréable et terminer en beauté avec une véritable raclette au fromage AOP. Jeu, set et match. Nous sommes vaincus !

Le lendemain, nous prenons la navette gratuite pour découvrir le centre-ville de Bourg Saint-Maurice avent de reprendre le train. Je te conseille de faire pareille en laissant tes bagages à la consigne, située à coté de la gare. Et va te balader dans la rue piétonne agréable, le marché des producteurs locaux et faire quelques achats à la coopérative laitière de Beaufort (le musée gratuit à l’étage est top !).

Utilise l’application YUGE de Paradiski pour te prendre en photo grâce aux caméras installées
sur les différents spots du domaine et avoir de jolis souvenirs… C’est gratuit !
Il y a aussi la possibilité d’avoir les infos en direct de l’ensemble du domaine (affluence, pistes ouvertes, météo, etc.)

Le forfait

Pour vivre au maximum l’expérience Paradiski, je conseille le PASS ESSENTIEL (345,00 € / 6 jours)
donnant un accès au domaine complet : Les Arcs / Peisey-Vallandry + La Plagne
(et incluant les 13 files rapides, des remises sur les activités Tyrolienne, First Tracks, Luge, Les Fresques Lumineuses).

Plus d’infos ici

Comment venir à Paradiski ?

L’accès aux stations se fait soit par la route, en avion, ou par le train (gare TGV de Bourg Saint-Maurice). C’est cette dernière option que j’ai choisie et je ne la regrette pas ! C’est facile, bien plus écologique et limiter son impact sur la nature au maximum en allant aux sports d’hiver est important à mes yeux. Un funiculaire (gratuit si on vient en train) relie ensuite la gare de Bourg Saint Maurice à Arc 1600 en 7 minutes.

Il existe aussi des plus petites gares qui desservent les villages de La Plagne et de Peisey-Vallandry : Moûtiers-Salins-Brides-Les-Bains ; Aime La Plagne et Landry. Il y a également des Thalys directs depuis la Belgique les week-ends. Elle est pas belle la vie ?

Environnement

Comme tu le sais peut-être déjà, je ne vais pas n’importe où et n’importe comment quand je voyage. J’essaie de faire des choix et d’adapter mes habitudes. Il en va de même pour mes escapades à la montagne, que ce soit en été ou en hiver. Paradiski et l’ensemble des stations du domaines mettent de plus en plus des stratégies environnementales en place pour préserver le cadre naturel de la montagne sur lesquelles elles sont implantées. Et cela ne date pas d’hier. Il est en effet important de compenser au maximum les dommages causés par l’industrie des sports d’hiver, réputée pour ces besoins énergétiques et son envergure.

Concrètement (et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres) :

  • – La Plagne se sert d’énergies renouvelables pour alimenter les remontées mécaniques. A Plagne Centre, une chaufferie biomasse fonctionne depuis 2009. Elle alimente 90% du site en énergie. On aménage les pylônes de manière à impacter le moins possible la flore, on met des repères visuels sur les câbles pour les oiseaux, etc. La société exploitante du domaine skiable « cultive » sa propre neige en utilisant l’eau de la fonte des neiges au printemps et des pluies orageuses de l’automne, la stocke dans des retenues et, grâce à l’air et au froid, en fait de la neige sans aucun additif. Les chauffeurs des dameuses sont formés à l’écoconduite et ils alimentent les machines en huile biodégradable. Plus d’infos ici.
  • – les Arcs bénéficie du label Flocon Vert garantissant son engagement durable. Elle privilégie un accès sans véhicule, imagine constamment de nouvelles pratiques et de nouveaux projets afin de préserver l’environnement, réduire la consommation des ressources énergétiques et sensibiliser les visiteurs. Installation de zones de quiétude, campagne de communication « Zéro Plastique », etc.

    – La cohésion en ce sens avec Peisey-Vallandry (label Station Verte depuis 2016) est d’autant plus porteuse et significative de l’engagement respectif des stations.

Pour continuer sur cette lancée, je te conseille vivement de venir en train quand tu vas skier, de choisir des hébergements éco-responsables, de faire des activités éco-friendly (rando, raquette, ski rando, chiens de traineau, cani cross, passerelle de l’Aiguille Rouge, Fresque Lumineuse, Musée des Animaux, stage nature, etc.) et de manger local.

Ces 4 points sont je pense facilement réalisables et je peux t’assurer que la plupart des destinations et des prestataires font leur maximum pour que cela le soit !

Mon équipement

Merci aux différentes marques qui me font confiance et qui m’équipent lors de mes escapades !
Je tiens à préciser que (comme depuis toujours) je ne mentionne que ce dont je suis content
et que je ne gagne rien à en parler.

Veste de montagne Peak Performance
Pantalon ski de rando Peak Performance
Masque de Ski Julbo Airflux
Casque Freeride Julbo Promethee
Lunettes de soleil Julbo Shield
Gourde isotherme Hydroflask 40 oz
Sac à dos Hydroflask Down Shift™
Montre Garmin Instinct Solar

J’espère que mon expérience t’aura donné envie de découvrir Paradiski,
ou que cela aura pu t’inspirer pour tes prochaines escapades.
Si c’est le cas, n’hésite pas à ajouter le blog dans tes favoris et/ou partager l’article !
Ce petit geste m’aide grandement et me permet de continuer de proposer du contenu accessible gratuitement…

Et n’hésite pas à glisser Paradiski
dans un de tes tableaux Pinterest avec le bouton « Pin it » 😉


Cet article a été rédigé suite à un voyage offert par les différentes destinations mentionnées. Merci à elles pour leur confiance.
Mes propos reflètent cependant mon expérience réelle et mes propos restent (comme toujours) libres et sincères.

Article précédentMon séjour hivernal à Verbier
Article suivantPréparer son voyage en avance : les avantages.
Maxime
Je suis Maxime, l'âme vagabonde derrière les récits de « Trekking et Voyage », une oasis pour les amoureux de randonnée, les assoiffés de voyages plus ou moins lointains et les fervents adeptes du plein air. J'ai toujours été passionné des immensités sauvages, des murmures de la nature et des aventures qui transforment l'âme. Tout en étant un épicurien qui savoure la vie à pleines dents, je te partage ici mes récits et mes coups de cœur. L'idée d'être une source d'inspiration et de partage d'expériences me plait, surtout quand les mots sont choisis pour leur vérité et leur utilité. Bonne lecture ! "Happiness is only real when shared" (Christopher J. McCandless dit « Alexander Supertramp »)  

TU ME LAISSES UN PETIT COMMENTAIRE ?

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.