Cet été, Florence et moi avons eu la chance de pouvoir découvrir une montagne à la fois sauvage et authentique. Via ces quelques lignes, je t’invite à apprécier les trésors du Dévoluy, cette jolie commune isolée des Hautes Alpes.

Into The Wild Dévoluy

Situation

Le département des Hautes Alpes abrite en ses terres un massif montagneux calcaire situé entre les Alpes du Nord et celles du Sud, non loin de Gap. Il s’agit du massif du Dévoluy,  typique des Préalpes et fortement modelé par l’érosion glaciaire.

On y trouve de nombreux vallons et d’importants éboulis, qui donnent sa couleur caractéristique grise et blanche à la roche, un peu comme dans les Dolomites. Les souvenirs que j’ai de celles-ci ont d’ailleurs été ravivés à la vue des montagne dévoluardes dont le nom provient du verbe « dévaler », évoquant les champs d’éboulis. Ceux-ci donnent alors l’image du paysage minéral et sauvage typique au Dévoluy.

Vu de l’extérieur, le Dévoluy est protégé par d’imposantes murailles rocheuses (Montagne de Faraud, Gillardes, Plateau de Bure, Garnesier, Ferrand, Obiou…). Trois accès routiers permettent d’y accéder : le Col du Festre au Sud, le Col du Noyer à l’Est et les Gorges de la Souloise au Nord. L’intérieur du massif présente par contre un relief beaucoup plus « plat ».


Explorer les cimes minérales du Dévoluy

Je te parle de montagne, de sommets, … tu te doutes bien que je n’ai pas pu m’empêcher d’aller crapahuter sur les hauteurs du Dévoluy ! 🙂

MARIANNA JAGERCIKOVA – ART MONTANA

C’est donc avec la souriante Marianna que j’ai pu faire l’ascension du deuxième plus haut sommet de la région : le Grand Ferrand, qui culmine à 2758 m d’altitude. Accompagnatrice en moyenne montagne, elle est aussi géologue. Elle propose des sorties plus ou moins sportives adaptées au niveau de chacun et sur des thèmes bien différents…

Le grand Ferrand était un objectif plutôt sportif et je me réjouissais d’aller explorer ce côté totalement inconnu ! De plus, cette randonnée offre un panorama absolument fabuleux – mais aussi « lunaire » – sur le Dévoluy.

Départ de Maubourg
1300 D+
7 heures
16 km
Trace GPX

De par sa formation et sa passion pour la géologie, Marianna évolue sur le terrain armée d’informations toutes plus intéressantes les unes que les autres…

Et oui, parce que c’est toi, je te donne la TRACE GPX de la randonnée, je sais que tu en feras bon usage…

Il est cependant important de rappeler que ce genre de randonnée « engagée » ne se fait pas sans un minimum de connaissances de la moyenne montagne.

La fin de la montée est en effet assez raide, aérienne et non sans risque pour un néophyte. Au moindre doute, n’hésite pas à prendre les services d’un professionnel avant de partir !

Vérifie aussi l’itinéraire et la météo et n’oublie pas d’emporter un casque pour protéger ta tête juste avant le sommet.

Premier sommet alpin pour Florence ! 

Sache que Marianna peut aussi t’emmener sans soucis sur l’Obiou, dans des randos « vertige », en itinérance ou même en bivouac !

Plus d’infos : www.artmontana.fr


Le pays des « Chourums »

En raison de sa position méridionale et malgré son altitude, les glaciers ont tous disparu dans le Dévoluy ! Le réseau souterrain y est par contre ultra développé et le Dévoluy est devenu un lieu de prédilection pour la spéléologie, avec ses nombreuses cavités appelées localement chourums. Le sous-sol dévoluard est donc un vrai gruyère abritant de nombreux trésors et multipliant les possibilités d’exploration !

C’est avec Martinho que nous avons testé la via-Souterratta, un parcours souterrain principalement relié à un câble en acier, un peu comme dans une via-ferrata traditionnelle « de surface ». C’est une première en Europe et cela se fait dans un chourum du Dévoluy !

Martinho Rodrigues – guide de spéléologie, de canyon et accompagnateur en montagne.

Le parcours est ludique, d’un niveau moyen (pour ne pas dire facile pour les habitués) et l’ambiance souterraine est incomparable…

Martinho propose aussi d’autre activités outdoor dans le Dévoluy comme des sorties spéléo, des randos aquatiques, du canyoning, des tyroliennes, …

Plus d’infos :  Martinho Rodrigues


Douce laine & pastoralisme

L’élevage ovin fait partie intégrante de la culture dévoluarde… Ce 
mode de production de viande, de lait (ou autres) existe grâce à l’élevage d’un bétail envoyé paître dans la nature. Étymologiquement, ces bêtes sont généralement gardées par un pasteur, un berger. 

Il n’est d’ailleurs pas rare de rencontrer un troupeau sur les sentiers…

Nous avons fait la connaissance de Séverine & Sébastien, producteurs de laine de mérinos 100% made in Dévoluy nommée Flouka.

Sébastien Arnaud & Séverine Arnaud Casali

Séverine est la créatrice, son frère Sébastien est l’éleveur.

Tous les deux, ils ont réussi le pari de reprendre la ferme familiale pour proposer une laine de qualité  au caractère un peu sauvage,  des grands espaces et à l’esprit minimaliste, un peu comme le /La « Floucas » (nom donné à la bête de tête qui mène le troupeau dans le milieu de l’élevage ovin).

 
Plus d’infos :
www.flouka.fr


Vallée de lumière

Enclavé par les montagnes, le Dévoluy dispose d’un ciel extrêmement pur et propose des ambiances lumineuses absolument grandioses pour les amateurs de photographie ou d’astronomie…

L’observatoire astronomique du Pic de Bure, (l’un des plus performants au monde), en est d’ailleurs est l’illustration parfaite. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de m’adonner à quelques exercices photographique de nuit comme j’adore le faire, mais j’ai apprécie prendre quelques clichés en début de journée dans une ambiance fabuleuse…

Premiers rayons sur le Dévoluy. Toujours un moment unique…

Terres sauvages

Outre le charme rural et authentique qu’il a pu garder à l’abris du tourisme de masse (malgré la présences de stations de ski sur le territoire), le Dévoluy à réussi à devenir le refuge d’une multitude d’espèces animales, parfois très rares. Ceci grâce à « l’isolement naturel » du massif, enclavé entre d’autres montagnes. Un territoire préservé…

Serait-ce paradoxal d’en parler sur ce blog et de risquer de nuire à ces animaux encore relativement tranquilles et sauvages ? Bonne question… Tu sais cependant que je voue une admiration pour la faune sauvage que je n’hésite pas à observer au téléobjectif durant des heures. L’idée n’est donc pas d’attirer n’importe qui sur place, mais de donner une chance aux passionnés comme moi de pouvoir vivre des moments uniques…

Il en va de même pour le loup dont je te parlais sur le blog il y a quelques tempsOui, le loup est présent dans le Dévoluy. Ce n’est d’ailleurs plus un secret pour personne au grand dam de certains éleveurs justement. En effet, la publication de cet article (septembre 2018) est en phase avec l’actualité.  La cohabitation n’est en effet pas toujours évidente dans cette région où le pastoralisme est encore bien présent. La préfète a récemment autorisé le prélèvement du loup suite à de « nombreuses attaques ». Mais cela, c’est une autre histoire…

Ce qui est par contre plus énigmatique, ce sont les endroits où tu pourras avoir une chance de le voir…  L’observation de la nature se fait dans les règles, dans le respect du milieu et des espèces. Pour être certain de respecter ces critères et de ne pas nuire à l’animal, il ne faut pas hésiter à contacter les bonnes personnes. Nous avons donc eu le privilège de faire la connaissance de Baptiste

Baptiste Rochedy Maltèse –  accompagnateur en montagne

Il est, de mémoire, une des personnes les plus passionnée que j’ai eu la chance de rencontrer en voyage. Il est un véritable amoureux de la nature et de ses valeurs…

Sportif et dynamique (une machine de guerre comme on dit chez moi), il peut t’emmener n’importe où à la découverte d’un monde que tu n’imagines pas… Il faut savoir que Baptiste travaille aussi pour un organisme scientifique et environnemental. Il recense les espèces animales et végétales en montagne, il connait tout un tas de choses et c’est passionnant de l’entendre parler.

Aller là où les autres ne vont pas…

Son truc à lui : explorer, observer et sortir des sentiers dans le respect du milieu « pour tomber sur des perles ». De par ses connaissances du Dévoluy et de la nature, il a eu le privilège de contribuer au tournage du superbe film la Vallée des Loups de Jean-Michel Bertrand. Ce réalisateur passionné à passé 3 ans de sa vie à chercher et observer le loup dans son habitat naturel, en partie dans le Dévoluy ! (Une suite est d’ailleurs prévue en Novembre 2019). Baptiste t’en parle volontier avec des étoiles dans les yeux…

En admiration devant ce paysage sauvage…

Il nous a alors emmené pour une randonnée que j’ai surnommée « Into The Wild Dévoluy » : après quelques centaines de mètres sur un sentier balisé, nous avons quitté celui-ci pour littéralement aller découvrir les versants sauvages et isolés du Dévoluy… Une vraie micro aventure comme je les aime.

C’est au départ du petit village de La Cluse que nous sommes partis pour découvrir cette « vallée secrète »…

Départ de La Cluse
1010 D+
6 heures
15 km
 Trace GPX

Dès le départ de la randonnée, chaque pas est une invitation à la découverte : Baptiste nous fait même l’honneur de nous présenter sa « cabane secrète », cachées dans les arbres au pied de la montagne. Nous y buvons un café dans une ambiance « roots » comme je les aime…

Encore une fois, il n’y a pas besoin d’aller loin pour voir de belles choses. C’est le message qu’il nous fait passer tout au long de la journée et qui colle parfaitement avec l’esprit de ce blog. Et puis la rando prend une autre dimension quand soudain, nous rencontrons des Tétras lyre (pourtant assez rares) dans les hautes herbes… et puis Baptiste nous annonce que le loup est bien présent dans ce coin…

Mon âme d’enfant refait surface et je suis en admiration devant la beauté des lieux. 

Je ne le cache pas : je fantasme à l’idée de rencontrer le mammifère en milieu sauvage…  Mais ce n’est pas le moment, un animal sauvage tel que le loup ne se laisse que rarement surprendre.

Il faudra que j’y retourne, et avec Baptiste ! Il guide des bivouacs sous le ciel étoilé du Dévoluy,  il peut te faire prendre un bain dans une cascade féerique, te faire découvrir de nouvelles saveurs, observer des aigles, et même des loups, … le tout dans la forme, la gentillesse et avec passion.

Plus d’infos


L’herbier du Dévoluy

La flore sauvage est un réel trésor pour l’homme de par ses nombreuses possibilités d’exploitations culinaires, médicinales ou cosmétiques. Le Dévoluy, de par son riche patrimoine naturel, propose une multitude de plantes à observer ou à cueillir.

Luc Bernard

Luc Bernard est accompagnateur en montagne mais aussi phytologue-herboriste, paysan cueilleur et trufficulteur.

Il adore transmettre ses connaissances des plantes sauvages et leurs usages lors de sorties découvertes sur les hauteurs du Dévoluy. Ces endroits moins connus sont pourtant le cadre idéal pour ces « marches contemplatives » comme il les appelle, à la découverte de petites cultures d’altitude. Le génépi ou l’edelweiss, entres autres, n’auront plus de secret pour toi !

La yourte mongole, pour la boutique et les stages divers.

Luc propose aussi des sorties en raquettes l’hiver à la rencontre des arbre, de la faune et à la lecture du paysage… Passionné et passionnant !

Plus d’infos


Région de saveurs & de bien-être

On peut dire que la montagne sait combler les amateurs de cuisine… Le Dévoluy regorge de bonnes adresses de terroir travaillant avec des produits locaux. Après avoir contemplé la montagne, apprécions donc ses saveurs…

Où (bien) manger ?

N’hésite pas à grimper jusqu’au Col du Noyer qui sépare le Dévoluy du Champsaur voisin. Tu y trouveras le refuge Napoléon qui propose une cuisine montagnarde généreuse.

Une fin de journée face au refuge, au Col du Noyer.

Tu peux également franchement aller tester le restaurant Chez Patras, l’accueil de Valérie et René y est chaleureux et la cuisine délicieuse, toujours à base de produits régionaux.

Petit conseil : goûte donc à l’Agneau du Dévoluy, une viande d’exception, icône de ces montagnes. Même si je ne mange plus beaucoup de viande pour des raisons de santé et environnementales, je n’ai pas pu résister ! Pour le coup, c’est on ne peut plus local et très fin : un délice !

Où dormir ?

Nous avons dans un premier temps logé à La Neyrette, un hôtel**- restaurant-spa situé face à la montagne et entouré de forêt, de prairies et à coté d’un joli plan d’eau. La cuisine y est raffinée (n’ayons pas peur des mots) et le petit wellness très agréable !

Ensuite, nous avons passé deux nuits dans un autre magnifique endroit, pour le coup totalement différent du premier. Le Gîte de l’Yvraie est une ancienne bergerie du 19ème entièrement rénovée avec goût pour proposer un superbe refuge d’étape ou de séjours à ses visiteurs.

Authenticité & simplicité

Pour la restauration de ses hôtes, Fabienne (aidée d’Éric, son compagnon) propose une cuisine familiale où tout est fait « maison ». Elle s’engage aussi à privilégier l’agriculture raisonnée, écologique et locale. Les fruits et légumes sont de saison, les viandes sont issues d’élevages des Hautes Alpes et plus particulièrement du Dévoluy. Bref, que du bonheur !

Plus d’infos


Plus d’idées rando ?

Retrouve les topos et cartes en vente dans les Offices de Tourisme du Dévoluy :

  • Topo « Sur les sentiers du Dévoluy » (4€) : 17 circuits de petites et moyennes randonnées au départ de Saint Disdier, Saint Étienne en Dévoluy, Agnières en Dévoluy, La Cluse, le Col du Festre, Superdévoluy et La Joue du Loup. 
  • Topo GR « Tours dans les Hautes-Alpes » (14€) 
  • Carte IGN Dévoluy Obiou Pic de Bure 3337 OT 1:25000 (12,50€)

Parcoure et découvre le Dévoluy d’une manière ludique !

Avec les sentiers thématiques « Altaïr et la forêt musicale« , « L’histoire d’un flocon de neige de culture« , « Le Sentier des Cairns », les balades guidées avec GPS « Le Taïsson« , « Les énigmes de Clapucine » !

Les Grandes Randonnées :

Le GR94 : Des paysages du bout du monde depuis la Jarjatte jusqu’au col du Lauteret, avec 25km de sentiers passant par le col du Festre et le village de La Cluse.

Le GR93 : Une traversée du Dévoluy par le Nord du massif, du col du Charnier au col du Noyer. 27km de Grande Randonnée en passant par le village de Saint Disdier et le hameau du Collet… Les plus somptueux du Dévoluy.

Le GR de Pays – Le Tour du Dévoluy :  l’incontournable Pic de Bure (2709m) et son plateau en partant pour le Tour du Dévoluy (86km et environ 25h de marche).

Tour et « Contours » du Dévoluy : L’association des gîtes du Dévoluy propose de découvrir le circuit classique du « Tour du Dévoluy » et de nouveaux itinéraires pour combler toutes tes envies de randonnée….


La découverte du « Dévoluy sauvage » (on peut presque parler d’un pléonasme) fut pour moi (et je pense que je peux également parler au nom de Florence) le gros coup de cœur de cet été.

Préservé du tourisme de masse, le Dévoluy saura convaincre les amoureux de nature avec un territoire authentique et somptueux. La période hivernale arrivant, je ne peux que te conseiller d’aller profiter des dernières « belles » journée de l’été indien pour admirer les tonalité de couleurs…

Et quand la neige sera là : chausse donc tes skis (ou raquettes?) et va donc t’éclater sur les pistes du Superdévoluy ou de La Joue du Loup !


Cet article a été rédigé en partenariat avec l’Agence de Développement des Hautes Alpes. Un merci particulier à la sympathique Nathalie pour l’élaboration du programme, sans oublier l’Office de tourisme du Dévoluy, Cédric son directeur, ainsi que les nombreux partenaires pour leur collaboration. Les propos de cet article restent cependant (et comme toujours) honnêtes et objectifs.