Cet été j’ai décidé de me lancer à l’assaut du Barrhorn, ce sommet des Alpes valaisannes, en compagnie de mon frère Cyrille. Sincèrement, je ne m’attendais pas à une telle expérience et à des paysages aussi sauvages… Je sens que tu vas aimer cette microaventure !

Situé dans les confins du Val de Tourtemagne, le Barrhorn s’avère être un des plus hauts sommets d’Europe accessibles en randonnée sans la nécessité d’utiliser du matériel d’alpinisme. Il est balisé et accessible à toute personne ayant une bonne condition physique. Il convient cependant de ne pas prendre cette course à la légère, de bien vérifier la météo avant d’y aller, et surtout de s’équiper avec le matériel adéquat. Pour la petite histoire, c’est l’année dernière lorsque je suis grimpé au sommet du Bishorn, un 4000 de la vallée voisine, que mon guide m’a conseillé d’aller voir du côté de Tourtemagne (Turtmanntal).

« Tu vas voir, c’est sympa… »

Val de Tourtemagne.

Accès au val de Tourtemagne

Ce vallon isolé et sauvage est le plus occidental du Valais. On y parle l’allemand et on y accède en voiture par la vallée du Rhône en passant d’abord par le village de Tourtemagne (Turtmann) à 678 mètres, puis par les villages de montagne d’Ergisch, d’Unterems et d’Oberems. Une fois ce dernier traversé, il faut continuer sur la même route jusqu’à Gruben, puis jusqu’à la fin de la route à Senntum.

A cet endroit, on trouve les seules places de parking officielles où il est autorisé de stationner plus de 3 heures. Ces places sont payantes et un parcomètre central est installé (prévoir 8 à 10 CHF en pièces).

Le val de Tourtemagne est comme je te le disais sauvage, préservé mais surtout méconnu ce qui en fait une destination assez calme et sereine. Je pense sincèrement avoir découvert une perle dans le Valais. Une de plus, me diras-tu. Moi qui vient dans le Val d’Anniviers (juste à côté) depuis plus de 10 ans, je ne m’attendais pas du tout à découvrir une telle richesse de paysages.

Vallée de Tourtemagne.

C’est le long de la rivière Turtmänna que l’on évolue dans un premier temps et on en prend déjà plein la figure. Ici les gens ne vivent principalement que l’été. Toute nouvelle construction est strictement interdite dans la vallée. Seules les transformations de bâtiments existants sont tolérées, et en suivant des dispositions strictes. La vallée détient le record de la limite de forêt la plus élevée d’Europe à plus de 2 000 mètres ! Pour couronner le tout, on raconte qu’on y aurait encore vu l’ours il y a à peine 150 ans… 🙂

Randonnée jusque la cabane (2519m)

La montée (et la descente) jusqu’au Barrhorn peuvent se faire en une grosse journée de randonnée (10 heures). C’est assez sportif et c’est un beau défi à réaliser depuis le parking. Mais je conseille plutôt de faire une halte et passer la nuit à la jolie cabane de Tourtemagne en milieu de parcours afin de profiter davantage de l’expérience.

On aperçoit la cabane au milieu, en haut.

On accède à la cabane après environs 2 heure de randonnée facile depuis le parking. Plusieurs choix se présentent : un chemin normal par la route de gravier jusqu’au barrage puis suivre ensuite les indications, un autre un peu plus raide par la chapelle Holustein (3h), et un autre par les gorges de la rivière Turtmänna (2h également). Nous choisissons avec mon frère Cyrille la troisième option et nous ne le regrettons pas : c’est vraiment très joli.

La randonnée est facile mais reste une belle mise en jambes pour ce qui nous attend le lendemain. On passe par les gorges, l’eau est cristalline, les paysage se dévoilent, le Bishorn parade devant nous, que cette vallée est belle ! Nous arrivons ensuite au barrage que nous traversons par la gauche pour ensuite rejoindre les sentiers plus raides qui montent jusqu’à la cabane. Plus on monte, plus la montagne nous offre sa magnificence, telle une récompense.

La montagne est déconcertante. Son paysage est plissé et secret.
Les mots et les habitudes butent sur le passage des cols.

Jason Goodwin

A quelques mètres de la cabane, la vue sur le glacier est unique presque en balcon. Je suis impressionné, quand je pense que je marchais dessus plus haut l’année dernière en grimpant sur le Bisshorn… Le Barrhorn est caché par la montagne.

Vue sur le glacier de Tourtemagne.
Vue sur le glacier de Tourtemagne.

Nous arrivons facilement à la cabane après 1h45 de montée,
voilà donc une première étape faite !

La cabane de Tourtemagne. Valais suisse.
La Cabane de Tourtemagne.

Située sur un éperon rocheux qui domine la vallée et qui offre une vue imprenable sur le glacier du même nom (et sur le doux Bishorn), la cabane de Tourtemagne est l’endroit idéal pour se poser le temps d’une soirée et de s’imprégner de l’ambiance des refuges de montagne. Et quelle ambiance !

Construite en 1928 (et joliment rénovée depuis), elle fait partie de la section CAS Prévôtoise très active dans la région. L’organisation attache une grande importance à la convivialité de ses cabanes tout en offrant un programme d’activités varié. En plus de l’organisation de randonnées en montagne, ils font aussi la promotion d’un comportement correct dans la nature tout comme faire connaître les sports de montagne aux jeunes.

Une nuit avec le repas du soir et le petit déjeuner coûte 83 CHF par personne.
Réservations auprès des gardiens Magdalena et Fredy Tscherrig
ou directement à la cabane au +41 27 932 14 55.

Lumières du soir…

Jusqu’au Barrhorn (3610m)

Nous nous levons à 7h00 et commençons presque directement l’ascension vers le Barrhorn après un solide petit déjeuner à la cabane. Le début du tracé par les éboulis est facile et nous mène dans un couloir rocheux assez pentu et escarpé.

Sans être trop technique, c’est la première difficulté du tracé. Il y a des câbles et des barreaux métalliques pour faciliter le passage. On parle ici de « randonnée alpine » : il faut avoir le pied sûr et ne pas être sensible au vide (surtout en descente).

Nous continuons ensuite pour subir une longue montée par la moraine. Il y a bien 2 à 3 kilomètres… heureusement le soleil n’a pas encore passé la ligne de crête et il ne fait pas trop chaud.

1km à pied, ça use… ça use.

Au bout de la moraine, nous sommes littéralement « au pied du mur ». Nous avons le choix : soit on prend à gauche directement vers le sommet que nous apercevons déjà, soit à droite pour aller d’abord vers le col. Nous choisissons la seconde option moins raide et surtout plus ludique. La vue sur l’objectif de la journée est de plus en plus évidente.

On en prend plein la figure…

Juste après le col.

Plus nous montons, plus le souffle commence à être court. On a dépassé les 3400 mètres d’altitude. Mais honnêtement, ça en vaut vraiment le coup, cela faisait un moment que je n’avais pas vu d’aussi jolies montagnes. Et puis il y a cette vue vertigineuse sur la vallée voisine…

Nous sommes soudainement arrêtés par le bruit grave d’un glissement de terrain juste en face de nous, à quelques centaines de mètres. Un grondement retentit, la montagne se détache. Un nuage de poussière se forme et semble tout emporter sur son passage pour terminer sa course sur le glacier. Nous sommes impressionnés, je n’avais jamais vu cela.

Glissement de terrain et nuage de poussière sur la droite.

Nous longeons ensuite la crête et commençons à comprendre que nous sommes bientôt au dessus du Barrhorn. Il nous reste une dernière montée avant d’atteindre la cime. Le pouls s’accélère et une dose d’adrénaline se fait sentir.

A cet instant je suis bien, je suis fier d’emmener mon frère là-haut. Tout est juste parfait.

La montée finale pique les mollets…
C’est raide, rocailleux, il fait chaud mais elle a le mérite d’être relativement courte !

Montée sommitale…

Après quelques pauses photo, nous arrivons au dessus du Barrhorn sans soucis. Il nous aura fallu environs 3h depuis la cabane.

Qu’est-ce qu’on est heureux !

La vue est magnifique, il n’y a pas de vent, il fait bon (voire chaud) et nous sommes en pleine forme. Que demander de mieux ? Facile : un bon repas… Nous déballons nos affaires et dégustons des produits de la vallée voisine. Un moment inoubliable entre frères.

Après une petite sieste, je m’en vais crapahuter sur le sommet voisin facilement accessible en contrebas.

Je reviens ensuite pour observer le Bishorn, le Weisshorn, la Dent Blanche et au loin le Mont Blanc !

Le Mont Blanc, dans le fond.

La descente se fait par le même chemin sauf au début où nous prenons vers la droite pour revenir par le chemin plus raide évité à la montée. Et nous avons bien fait : c’est bien plus pentu et il fait chaud. Je conseille d’être franchement prudent et de bien assurer ses appuis dans la descente propice aux blessures et aux glissades improvisées…

Nous rejoignons ensuite la cabane où nous nous rafraîchissons à la fontaine pour finalement descendre jusqu’au parking. Nous reprenons notre véhicule laissé la veille et redescendons dans la vallée vers Leuk.

Nous dégustons un délicieux repas bien mérité au restaurant de l’Hôtel Relais Bayard à Susten.
Nous y passons aussi la nuit avant de « remonter » en Belgique.

C’est donc comme cela que se termine cette belle microaventure sur un sommet du Valais suisse !

Trace GPX de la randonnée

Tu peux télécharger ce fichier qui te permettra de suivre l’itinéraire aller/retour sur ton smartphone via une application comme Openrunner ou Visorando. C’est facile, pratique et gratuit à condition d’avoir un smartphone équipé d’une puce gps.

Matériel rando

  • Chaussures Salomon OUTline GTX : légères (309gr), bon maintien et excellent grip. Juste parfaite pour cette ascension estivale.
  • Sac à dos Osprey Talon 44 : c’est le sac que j’utilise en haute montagne sur plusieurs jours. Il est ultra ergonomique, léger et surtout confortable.
  • Lunettes de soleil JULBO Shield. Les verre Reactiv photochromiques Cat. 2 à 4 conviennent parfaitement à la haute montagne. Je les adore…
  • Veste polaire Quechua MH900
  • T-shirt trekking montagne mérinos Forclaz Trek500
  • Short rando montagne Forclaz Trek500
  • Bandeau trekking Trek100

    Attention à ne pas oublier d’emporter assez d’eau, une doudoune et une veste de pluie. Sans oublier les gants et de la protection solaire. Il vaut mieux les avoir et ne pas s’en servir que le contraire…
Selfie entre frères au sommet !

Matériel photo

NOUVEAU : N’hésite pas à glisser les le Barrhorn
dans un de tes tableaux Pinterest avec le bouton « Pin it » 😉


Cet article est le fruit d’une collaboration avec Leuk Tourisme, Suisse Tourisme et Valais Tourisme. Merci à eux pour leur confiance et en particulier à Saar pour la coordination. Mes propos restent cependant (et comme toujours) libres et sincères.

Loading Facebook Comments ...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.